Verre cassé, ambiance électrique et menaces, un conseil communal musclé sur le plan de mobilité Cureghem (VIDÉO)

La majorité anderlechtoise rejette la demande de moratoire de l’opposition et des collectifs sous une ambiance électrique.

Duchemin Maël

Le conseil communal d’Anderlecht de ce jeudi commençait par une interpellation citoyenne concernant le quartier Cureghem. Le plan de circulation est dans la ligne de mire des comités de quartier qui se sont donné rendez-vous à 18 heures sur la place du conseil avant de porter leurs doléances aux oreilles du collège à 19 heures. Parmi leurs demandes principales : un moratoire sur le plan Good move.

Peu avant le conseil, nous rencontrons Anas, commerçant du quartier, qui n'utilise pas la voiture mais qui peine à recevoir ses livraisons suite au plan. Pour Angelo et ses trois enfants, c'est au moins 40 minutes de trajet supplémentaires par jour. "Ici, il n'y a que des personnes pour qui la voiture n'est pas un choix mais un besoin. La consultation a été catastrophique." La foule réunie devant l'hôtel de ville lance des appels à la démission de l'échevine de la Mobilité Susanne Muller Hubsch entremêlés de "Rendez-nous nos quartiers." Des slogans portés jusque dans la salle du Conseil par les représentants des riverains, ensuite rappelés à l'ordre par le bourgmestre. Ces derniers ont remis au collège une version de la pétition contre le plan.

La majorité tente de sauver les meubles

L’opposition MR, N-VA et PTB, applaudie par les riverains, a appuyé les demandes des citoyens notamment celle de moratoire. La majorité se fait huer lors de ses prises de paroles. Le chef de groupe PS, Lotfi Mostefa, quitte la salle après avoir donné un grand coup de pied dans un sac et cassé un verre. Le ton monte et le bourgmestre fait planer la menace d’une suspension de séance à de nombreuses reprises.

Finalement, le collège répond. Les partis de la majorité PS - SP.A - One. brussels-Les engagés, Ecolo - Groen et Défi proposent un texte, en dernière minute et sans respecter le règlement du conseil selon l'opposition. Le collège souhaite mettre en place "des réunions régulières avec les représentants du quartier." Il invite également les partis d'opposition à siéger dans un comité de suivi technique élargi. La majorité promet aussi une première évaluation du plan dans 3 mois et de rendre plus esthétique les installations du plan. Une remarque qui fait rire jaune les opposants. "Mais le moratoire n'est pas adapté", assure le bourgmestre Fabrice Cumps. "Vous planifiez une guerre d'usure avec nous", répondent les riverains présents. "Les élections approchent, c'est un moratoire ou rien." L'opposition s'en donne à cœur joie. "Vous emmerdez les Anderlechtois", "vous allez foutre le feu à ce quartier", lance le MR au collège.

Des modifications du plan ?

Le texte de la majorité prévoit aussi "de demander à la Région de modifier sans délais les interventions réalisées sur la rue Bara, la rue des Deux Gares et la rue de France (et aux carrefours avec les rues Dr Kuborn, Parenté et des Vétérinaires) afin de fluidifier le trafic en bord de maille."

"La concertation sera lancée dès la semaine prochaine pour étudier les modifications qui devront être faites directement", parvient difficilement à annoncer le bourgmestre.

Après la tentative de la majorité de faire passer leur texte avant ceux de l’opposition, MR PTB et N-VA enragent. Le bourgmestre lève la séance avant le vote.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be