Squat de la rue des Palais: Schaerbeek met en demeure le Fédéral de reloger d'urgence

La bourgmestre demande au fédéral de résoudre la "situation catastrophique et inhumaine" rue des Palais.

Illustration picture shows  a squat in the Paleizenstraat - Rue des Paleis, in Schaarbeek - Schaerbeek, Brussels, Tuesday 17 January 2023. The squat has been occupied for several months now by several hundred homeless people, asylum seekers and people in illegal residence, including unaccompanied minors. A few weeks ago, Croix-Rouge de Belgique, the French-speaking department of the Red Cross, opened a mobile emergency clinic at the building. Doctors have already identified several cases of tuberculosis, as well as worrying cases of cutaneous diphtheria and a very high spread of scabies. At the request of State Secretary for Asylum and Migration De Moor, a mobile team from Fedasil was sent to identify asylum seekers and transfer them to designated reception centers. Yet there are still hundreds of people who have no other option. BELGA PHOTO JAMES ARTHUR GEKIERE

La bourgmestre de Schaerbeek, Cécile Jodogne (DéFI), en a appelé mercredi une nouvelle fois à une réaction rapide et concrète de tous les membres du gouvernement fédéral, pour résoudre la "situation catastrophique et inhumaine" liée à l'occupation du 48 de la rue des Palais par des sans papiers.

Par voie de communiqué, elle a "mis en demeure l'Etat fédéral de trouver au minimum 735 places de relogement d'urgence à destination des occupants en possession d'une annexe 26. Ces places devront permettre la mise en place du suivi sanitaire de ces personnes vulnérables et des mesures qui s'imposent en termes de quarantaine avant d'être intégrées au réseau classique".

Un seul des 369 résidents “screenés” de la rue des Palais n’était pas demandeur de protection internationale

On sait depuis mardi que le recensement des occupants du "Palais 48" réalisé par Fedasil et le Samusocial a livré ses résultats: 732 des 784 personnes vues par les différents services sont bien des demandeurs d'asile.

"Ce chiffre confirme les retours du hub humanitaire depuis le début de l'occupation indiquant qu'une écrasante majorité des occupants sont bien détenteurs de l'annexe 26 qui leur donne droit à un logement dans un centre Fedasil, contrairement à ce que la secrétaire d'Etat De Moor affirmait depuis des mois", a souligné la bourgmestre de Schaerbeek.

"Au vu de l'insécurité et de la multiplication d'événements à haut risque dans le bâtiment, comme l'incendie du 12 janvier, nous nous préparons depuis plusieurs jours à devoir réagir à une situation d'extrême urgence qui mette en danger l'intégrité physique des occupants du bâtiment, et donc à une nécessaire évacuation immédiate. Le rythme de relogement envisagé par Fedasil est de 25 personnes par jour, ce qui est bien trop lent. Vu les conditions de vie actuelles dans le bâtiment et la dégradation de la situation, il n'est pas exclu qu'une évacuation totale et planifiée du bâtiment doive être organisée entre temps. Nous gardons toujours à l'esprit la balance des risques et nous continuerons à le faire mais des solutions plus rapides doivent être mises en place, et c'est la responsabilité du gouvernement fédéral de s'y atteler", a ajouté Cécile Jodogne.

Schaerbeek : les accès au 3e étage du squat de la rue des Palais fermés sur ordre de la bourgmestre

Celle-ci a encore jugé "intolérable pour une bourgmestre de voir une telle situation d'inhumanité et d'indignité perdurer et s'aggraver sur sa commune, mettant de surcroît un quartier sens dessus dessous. Je déplore que la Secrétaire d'Etat ne réalise que maintenant, avec ce recensement, l'ampleur de la catastrophe. Nous n'allons pas attendre trois mois de plus que des solutions soient trouvées. L'Etat fédéral doit prouver par des actes qu'il n'est pas défaillant", a-t-elle conclu.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be