Cette découverte inattendue a été révélée par nos confrères de La Capitale. Le 26 mars dernier aux alentours de 16 h, la police se rend rue Honoré Longtin, à Jette, dans une maison divisée en appartements. Selon les informations de nos confrères, confirmées par la zone de police, les agents étaient appelés pour un conflit entre un locataire (absent à ce moment) et le propriétaire. Au moment de l'inspection du logement, la police découvre un étage et surtout l’étrange ménagerie de 221 mygales entreposées dans une septantaine de boîtes en plastique.

221 mygales dont 26 dangereuses.
 
© D.R.


Interrogés par La Capitale, Gaëtan Doppagne, l’expert dépêché sur place, explique qu’il aura fallu 5 heures pour mettre toutes ses araignées en boîte. Il assure que dans le lot, une seule était morte et que beaucoup d'entre elles manquaient d’eau. Leurs jours n'étaient pas en danger. Tous les spécimens retrouvés sont venimeux, mais 26, issus de 7 espèces différentes, étaient réellement dangereux. L’expert a constaté sur place que deux terrariums étaient ouverts.
 
© D.R.


Toutes les mygales ont été envoyées dans un centre spécialisé en Allemagne.
 
© D.R.


Un PV a été dressé à l'encontre du locataire polonais pour possession sans autorisation et commerce de ces mygales. Gaëtan Doppagne explique à La Capitale qu’il y en avait environ pour 10.000 euros d’araignées et que le locataire en élevait forcément puisqu’il y a avait des bébés.

Reste à savoir si l’homme, qui ne disposait pas de permis, en faisait le commerce. Toujours selon nos confrères, il aurait refusé d'abandonner volontairement ses bestioles à 8 pattes et aurait pris un avocat pour les récupérer.
 
© D.R.
 
© D.R.