Bruxelles

Le jeune homme a déjà parcouru près de 12.000 kilomètres sur les 30.000 prévus, le tout sans jamais avoir utilisé un véhicule à moteur.

L'intrépide Bruxellois Arnaud Maldague, qui a entamé en janvier 2018 son voyage non motorisé à travers les Amériques, est arrivé à la pointe est du Mexique et est actuellement à la recherche de financement pour acheter un voilier à retaper au Belize, a-t-il annoncé jeudi à l'agence Belga par téléphone. L'aventurier de 29 ans désire ainsi poursuivre son aventure ambitieuse tout en rencontrant des acteurs qui œuvrent pour lutter contre le réchauffement climatique. En ramant, pédalant, skiant et marchant depuis plus d'un an, le jeune homme a déjà parcouru près de 12.000 kilomètres sur les 30.000 prévus dans son "Manneken trip".

Arnaud Maldague a entamé son expédition, qui doit durer deux ans et demi, le 15 janvier 2018 à Kugaaruk, un village du nord-est canadien. La première étape du Grand Nord s'est déroulée à ski, sous un climat rude. Fin mai, il a enfourché son vélo pour rallier Winnipeg, dans le sud du Canada. Mi-juillet, c'est la descente en kayak du Mississippi, quatrième plus long fleuve au monde (3.780 kilomètres), qui l'attendait.

Le trajet depuis le lac Itasca dans l'Etat du Minnesota jusqu'en Louisiane, où le fleuve se jette dans le Golfe du Mexique, a duré 100 jours. Entre paquebots de 150 mètres de long et 50 mètres de large à éviter, et carpes asiatiques invasives sautant jusqu'à trois mètres de haut, Arnaud a également fait de belles rencontres. Au beau milieu du cours d'eau dans l'Illinois, il est tombé nez-à-nez avec un Allemand, James, "une personne incroyable", le seul commercial à pêcher -grâce à des filets qu'il a tissés lui-même - et revendre son poisson sur le Mississippi.

Outre l'aventure humaine et sportive, Arnaud souhaite mettre en avant des initiatives environnementales concrètes et aller à la rencontre d'acteurs de terrain. Le jeune homme a ainsi réalisé une interview, en Louisiane, au sein de l'Ecology Center Lafayette, qui réalise des études sur l'environnement. Dans l'idée de reboiser l'Etat, les chercheurs y ont notamment sélectionné les meilleures plantes pour les champs de la région. A fortes valeurs nutritives pour les animaux entre autres, leurs graines ont été distribuées gratuitement aux locaux afin qu'ils les sèment.

Prochaine étape: la mer des Caraïbes en voile jusqu'à Georgetown en Guyane. Avant cela, le Bruxellois doit d'abord se mettre en quête d'un voilier à rafistoler. Arnaud, qui doit encore définir s'il fera appel à des sponsors ou s'il lancera une campagne de crowdfunding, a besoin de financement afin de doter son engin de panneaux solaires et d'un moteur autonome entre autres.

Suivront la jungle amazonienne en pirogue et en marchant, l'Argentine à vélo et à cheval et enfin la Patagonie à pied. Au total, le Belge aura traversé 16 pays. Pour ces étapes à venir, l'Amazonie est la partie qu'il redoute le plus. "Je n'ai pas pu m'entraîner à naviguer en pirogue et il y a beaucoup d'animaux sauvages, comme des serpents ou des crocodiles... De plus, les peuples y sont fort touchés par la déforestation et les prospections pétrolières. Il ne faut pas qu'ils m'assimilent à ces personnes-là", explique l'aventurier.

Le périple s'achèvera autour de 2020, soit la date butoir pour atteindre les premiers objectifs des accords de Paris. Pour suivre son trip : http://themannekentrip.be.