"Nous avons les capacités !" Inge Neven, responsable du dispositif Covid pour la Cocom se veut rassurante. La campagne est officiellement lancée pour les doses de rappel mais quelles conditions faut-il réunir pour y avoir accès ? Voici, dans le détail, les modalités pratiques pour les Bruxelloises et les Bruxellois.

Quel vaccin ? Quel délai ?

Les personnes vaccinées au Johnson & Johnson sont éligibles à la dose" booster" deux mois après leur injection. En revanche, pour ceux qui sont vaccinés à l’AstraZeneca, il faudra attendre quatre mois après la deuxième dose et six mois pour ceux ayant reçu leurs doses de Pfizer. La Cocom estime que 320 000 Bruxellois seront éligibles au rappel d’ici à la fin décembre. Elle prévoit de les vacciner jusqu’à début janvier. Depuis l’annonce de l’ouverture du rappel aux plus de 18 ans, 39 000 rendez-vous ont déjà été pris. La Cocom affirme pouvoir administrer 50 000 doses par semaine et assure être en capacité de monter à 60 000 d’ici la mi-décembre.

Si la Cocom a bien les capacités de vacciner les habitants, tout le monde ne peut pas passer en même temps. "Les centres commencent à bien se remplir." Inge Neven conseille donc de prendre un rendez-vous à l’avance et de ne pas espérer passer sous l’aiguille du jour au lendemain.

Pas de rendez-vous, pas de dose ?

Il est vivement conseiller de prendre un rendez-vous pour l’obtention de sa dose de rappel. Vous risqueriez de ne pas avoir de place. Néanmoins, la prise de rendez-vous n'est pas obligatoire. Le processus reste le même que pour les premières doses, l’inscription se fait sur le site Bruvax. Seuls les résidents de la région pourront s’inscrire sur la plateforme. Pour les personnes qui ne sont pas encore enregistrées (dans le cas d’un déménagement récent par exemple), le call-center a été renforcé (25 personnes en plus) pour gérer les cas particuliers.

Vérification de l’éligibilité lors de l’injection

Même si votre rendez-vous a été pris en bonne et due forme, il faudra prouver que vous respecter les délais entre les doses au moment de votre rappel vaccinal. Vous devrez donc vous présenter le jour de l’injection avec votre pièce d’identité, votre CST ou carnet vaccinal ou, encore, votre invitation si vous en avez reçu une. Pour les personnes qui ont un CST issu d’un pays étranger, il faut préalablement le faire valider et enregistrer auprès d’un médecin. La Cocom étudie également la possibilité de distiller cette 3e dose directement dans les "grandes entreprises".

Où se faire vacciner ?

La Cocom poursuit sa politique de "décentralisation". L’hôpital militaire vient de rouvrir son centre de vaccination, ce qui fait cinq centres de vaccination au total. Trois nouvelles antennes locales ouvriront dès le 1er décembre à Evere, Anderlecht et Woluwe-Saint-Lambert, soit une ou deux antennes par commune tandis que 19 pharmacies proposent toujours le vaccin, en compagnie d'un médecin, sans oublier les cinq vaccibus qui tournent dans la région-capitale.Inge Neven réaffirme ainsi la volonté de la Cocom d’ouvrir des points de vaccination "au plus proche des citoyens". La liste des centres, antennes, mais aussi des pharmacies proposant la vaccination est disponible sur Bruvax.

1re, 2e et/ou 3e dose

La campagne de rappel n’empiètera pas sur la première campagne de vaccination. Des places sont toujours disponibles pour les premières injections. "Cela reste une priorité" pour la Cocom : "on ne pourra surement pas l’empêcher mais on peut ralentir le variant Omicron". La région bruxelloise reste aujourd’hui dans une meilleure situation épidémiologique que le reste du pays mais, même ici, les chiffres de contaminations et d’hospitalisations continuent de grimper.