Sur les 41 ouvertures de commerces horeca accompagnées en 2015 par Atrium, 15 sont bio, durables ou équitables.

Les magasins proposant des produits bio, durables et équitables prennent une place toujours plus importante sur l’échiquier du commerce bruxellois. C’est ainsi que 15 des 41 ouvertures d’établissement horeca ouverts en 2015 avec l’aide de l’agence régionale du Commerce Atrium suivaient la tendance du bio-équitable. Au total, ce n’est pas moins de 37 % des cafés, bars et restaurants soutenus l’année dernière par Atrium qui sont ainsi concernés. Même si un certain nombre d’indépendants ne font pas appel à l’expertise de l’agence régionale, les chiffres restent impressionnants.

Du côté des magasins d’alimentation, le chiffre passe d’ailleurs à 55 %, six des 11 commerces ouverts en 2015 se basant sur les concepts du bio, de l’équitable ou du durable. Symbole du dynamisme du secteur : l’impressionnant succès de la chaîne bruxelloise de supermarchés biologiques, durables et coopératifs Färm. Lancé en 2013 à Sainte-Catherine, le concept existe désormais également à Etterbeek et Auderghem, tandis que les fondateurs espèrent détenir 16 points de vente en Belgique d’ici 2019.

"L’époque où les ouvertures de magasins alimentaires et d’établissements bio ou durables étaient des exceptions, voire regardées un peu bizarrement, est bel et bien révolue. Désormais, c’est même plutôt quand on ouvre un commerce sans offre bio, durable ou équitable qu’on se démarque de la norme" , constate Julien Bacq, le directeur du développement commercial chez Atrium. " Si les premiers pionniers du bio sont apparus plus tôt, la vague est perceptible, elle, depuis trois ou quatre ans. Et il existe toujours une vraie marge de progression. On n’est pas encore au bout. Certains distributeurs doivent encore par exemple aller se fournir à l’étranger" , ajoute-t-il.

Tout récemment, les premiers magasins 100 % vegan ont également fait leur apparition en Région bruxelloise, avec l’ouverture en mars 2015 de la boutique Végasme. Le concept va un cran plus loin que le végétarisme, refusant l’exploitation et la mort des animaux quels qu’en soient les motifs. Produits d’alimentation, de santé, de beauté, de divertissements et habits sans aucune trace animale y sont ainsi proposés.

Les communes d’Ixelles et de Saint-Gilles concentrent une majorité des nouveaux commerces bio ou durables bruxellois. C’est ainsi qu’Ixelles vient d’accueillir le marchand de vins Cave Coop (rue Lesbroussart), l’épicerie vegan La Grainerie (rue de Tenbosch) ou encore le restaurant Ami (rue Lesbroussart), tandis que le restaurant Mammouth (rue de Russie) ou l’épicerie Almata (rue d’Albana) ont vu le jour côté saint-gillois.

Mais Atrium est clair : le phénomène concerne l’ensemble bien de la Région bruxelloise. "Toutes les communes sont concernées" , explique Julien Bacq.


Repères

15

15 des 41 commerces ouverts en 2015 avec l’aide d’Atrium suivaient la tendance bio-équitable-durable.

24 %

Parmi les 21 ouvertures de magasins qui ne sont pas horeca ou alimentaires en 2015, cinq s’inscrivent dans une démarche durable, soit un taux de 24 %. Il s’agit du marchand de vélos Velonaute, du magasin de vêtements et d’accessoires Lupinette, du lunetier Ludovic, de la boulangerie-pâtisserie Gâteau et de la brasserie Brussels Beer Project.

55 %

55 % des 11 magasins alimentaires ouverts en 2015 se concentraient sur la vente de produits bio, équitables ou durables.

12

Vegasme, le tout premier magasin bruxellois 100 vegan % est ouvert depuis mars 2015, soit il y a à peine 12 mois.