Depuis fin 2019, la cellule contrôle de l'urbanisme de la commune d'Ixelles a envoyé aux propriétaires d'hébergements touristiques temporaires tels qu'Airbnb des mises en demeure pour 76 annonces, dont 72 pour des logements entiers et quatre pour des chambres. La cellule a dressé un PV sur onze de ces logements. 

Des démarches qui portent petit à petit leur fruit se réjouit le conseiller communal ixellois Adrien Volant (Ecolo/Groen) : "suite à l’envoi de ces mises en demeures, bien que certains exploitants fassent de la résistance, les chiffres sont plutôt encourageants. La plupart de ces logements temporaires ne sont désormais plus utilisés de manière illicite et 45 de ces lieux ont été remis sur le marché de la location. L’enjeu est là : aller chercher toutes ces unités de logement perdus pour les ixellois".

La cellule contrôle de l'urbanisme screene les quartiers nord d'Ixelles sur le site Airbnb depuis 2019. Elle a pu localiser 440 annonces avec précision. Il apparaît que la grande majorité de ces biens ne respectent pas l'ordonnance sur les hébergements touristiques.

Plus largement, la région bruxelloise comptabilise 2.217 Airbnb, dont 801 unités se situent à Ixelles. Pour 76% de ces biens, il s’agit de maisons entières. Les chambres individuelles représentent 23% de l’offre, tandis que les chambres partagées ne représentent qu'1% de l'offre.