Au cours d'un mini-débat ouvert vendredi après-midi au parlement bruxellois au sujet de la progression du nombre de sans-abri dans la capitale, il a par ailleurs lancé un appel à la régularisation des migrants européens. Le nombre de personnes sans logement fixe a augmenté de 27,72% à Bruxelles par rapport à 2018, ressort-il du dernier dénombrement de personnes sans papier et sans logement dans la capitale effectué dans la capitale le 9 novembre dernier à l'aide de 91 organisations et 230 personnes sous la coordination de Brussels 'Help.

Commentant des chiffres rendus publics en milieu de semaine, le ministre Maron (Ecolo) a notamment pointé le fait que par rapport à 2018, le nombre de personnes en rue a diminué légèrement (-5°). Le nombre de personnes prises en charge dans les structures d'aide a augmenté de 34% pour atteindre en gros le score de six sur dix.

Pour Alain Maron, cela résulte des budgets importants consacrés par la Région et la CoCom à la prise en charge des personnes vulnérables, depuis le début de la crise -les dispositifs d'accueil actuels (3. 224 places) sont garantis jusqu'à la fin juin-.

"Mais cela réaffirme la nécessité d'une mobilisation de tous les acteurs à tous les niveaux de pouvoir pour reloger durablement les sans-abri et lutter en amont contre les causes de la précarité", a-t-il souligné.

A cette fin, les budgets dégagés dans le cadre du Plan de relance et de redéploiement adopté par le gouvernement bruxellois (+2,5 millions en 2020; +5,75 millions en 2021 et suivantes) produiront dans les mois à venir des résultats concrets. Quelque 150 personnes et familles seront relogées d'ici le 1er juin prochain dans le cadre de 6 projets en partenariats avec des SISP, communes et CPAS); 500 personnes et familles seront logées durablement et accompagnées d'ici la fin 2021 et 800 d'ici juin 2022, a-t-il ajouté.

Pour cela, un appel à projets aux Agences Immobilières Sociales pour un budget de 1,4 million d'euros a été lancé dans le cadre de la lutte contre le sans-abrisme (+400 logements AIS). Un autre fait appel aux communes et CPAS et met sur la table 2 millions d'euros dans le cadre du Plan Urgence Logement, en collaboration avec la secrétaire d'état au Logement Nawal Ben Hamou.

Le rapport publié cette semaine met aussi en avant une augmentation d'entrées de migrants sur le territoire belge avec Bruxelles comme un point nodal des migrations internationales. Cette hausse se reflète dans les chiffres des personnes prises en charge dans les structures bruxelloises d'accueil, "même si l'accueil des réfugiés est à la base une compétence fédérale". A ce propos, Alain Maron a insisté sur la nécessité d'accélérer la procédure d'octroi d'un permis de séjour aux migrants européens dont 64% de ceux qui n'ont pas de revenus sont à la rue.