Bruxelles Plusieurs outils ont vu le jour pour féminiser davantage le monde du travail, mais du boulot reste à accomplir.

À l’heure d’honorer la gent féminine en cette Journée internationale de la femme, force est de constater que des inégalités entre hommes et femmes persistent en Région bruxelloise, notamment sur le marché de l’emploi.

Alors, les métiers dans la capitale ont-ils un sexe ? La sous-représentation des femmes dans certaines professions pourrait le laisser supposer. Mais lentement, les stéréotypes se déconstruisent et la Région incite les responsables d’organismes d’intérêt public (comme Actiris, la Stib, l’Agence Bruxelles Propreté ou Bruxelles Environnement) à attirer plus de femmes dans leur organisation. Preuve en est, dans leur campagne de recrutement, la Stib et le Siamu (Service d’Incendie et d’Aide médicale urgente) ont particulièrement veillé à séduire un public féminin.

Cette problématique de la sous-représentation féminine, notamment sur le marché de l’emploi, tient particulièrement à cœur à Bianca Debaets (CD&V), secrétaire d’État en charge de l’Égalité des Chances : "Il y a encore beaucoup de boulot à accomplir en Région bruxelloise où seulement 48 % des femmes ont un emploi rémunéré ! Et parmi elles, 31 % (...)

Découvrez la suite de ce dossier dans notre "Edition abonnés" (à partir de 4,83 euros par mois).