L'information rapportée par Radio 1 a été confirmée à Belga par Inge Neven, chef du service inspection de l'Hygiène de la Commission communautaire commune à Bruxelles. La Commission communautaire commune ne savait que depuis jeudi dernier que la personne avait été infectée par la variante indienne. Depuis lors, l'homme semblait avoir disparu, mais le service de contact tracing a réussi à le joindre lundi. Il apparaît que celui-ci s'est rétabli depuis lors.

"Il a été isolé et n'a plus à subir de quarantaine. Ses contacts, sa femme et son enfant, ont également été malades. Il aurait lui-même été infecté par sa famille, n'aurait pas eu d'autres contacts et n'aurait donc pas transmis le variant", a expliqué Inge Neven.

La façon dont l'homme a contracté le variant indien reste un grand point d'interrogation. Les tests montrent par ailleurs que sa femme et son enfant ont été infectés par le variant britannique. Le contact tracing va à présent permettre de savoir où ils ont été infectés pour trouver le patient zéro éventuel.

"J'ai demandé aux experts s'il était possible que le variant britannique mute en variant indien", a ajouté Inge Neven.