Selon l'institution bicommunautaire, le taux d'incidence - le nombre d'infections pour 100.000 habitants - a augmenté significativement au cours des derniers jours, passant à 344 vendredi, contre 287 le 26 février dernier. Le taux de positivité est passé de 7,5% le 26 février à 7,6%, ce vendredi 5 mars, alors que le nombre de tests effectués est en légère augmentation. Actuellement, plus de 50% des contaminations sont dues au variant britannique, plus contagieux. Les autres variants sont également en augmentation à Bruxelles.

On observe aussi une augmentation des hospitalisations depuis une dizaine de jours. Celles-ci sont passées à 318 le 4 mars, contre 279 le 26 février. Idem pour le nombre de personnes en unités de soins intensifs passé à 68 le 03 mars contre 61 le 26 février. Le nombre de décès était de 14 le 04 mars (13 le 26 février).

"Si nous devons surveiller de près cette hausse dans le contexte du variant britannique, et de l'augmentation de cas liés aux autres variants, comme le variant brésilien, il faut aussi garder à l'esprit que les chiffres stagnent sur un plateau trop élevé depuis novembre et qu'ils fluctuent sans cesse. Nous remarquons également un relâchement inquiétant dans le respect des mesures sanitaires par rapport aux mois précédents, ce qui engendre une propagation plus large du virus", ajoute la Commission Communautaire Commune par voie de communiqué.

Celle-ci a donc invité la population à "rester très vigilante et à continuer à respecter au maximum les gestes barrières et les mesures sanitaires mises en place (télétravail; limiter les déplacements non-essentiels autant que possible et les contacts sociaux; appliquer scrupuleusement les règles d'hygiène comme le port du masque ou le lavage des mains).

La situation épidémiologique actuelle exige aussi de rappeler l'importance de se faire tester à l'apparition du moindre symptôme (toux, difficultés respiratoires, fièvre, courbatures, fatigue, perte du goût et/ou de l'odorat, nez bouché, mal de gorge, diarrhée). Depuis le 21 janvier, à Bruxelles, les personnes symptomatiques peuvent se présenter dans un centre de test sans prescription préalable d'un médecin (la prescription pour le test se fait alors par le médecin dans le centre de test).

Sur le plan de la vaccination, au total, Bruxelles comptera, à la fin de la semaine en cours, 51.748 personnes qui ont reçu la première dose du vaccin dont 28.127 qui ont reçu la seconde dose et sont complètement protégées contre le Covid-19.

Pour le mois de mars, 30.000 doses de vaccins sont prévues par semaine à Bruxelles. Ce qui permettra d'atteindre près de 120.000 vaccinations par mois.

La Cocom rappelle que la différence entre ces données et celles publiées quotidiennement par Sciensano s'explique principalement par le fait que le système Vaccinnet, et donc Sciensano, comptabilise les vaccins selon la Région où la personne vaccinée est domiciliée et non selon celle qui a effectué la vaccination.