Bruxelles

Une pétition lancée par le collectif OpenLaeken demande de rendre accessible au public cet espace de 186 hectares.

Avec le retour du soleil en ces vacances de Pâques, bon nombre de Bruxellois vont profiter des nombreux espaces verts de la capitale pour aller se promener et se ressourcer. Et parmi ces espaces, l'on retrouve le Domaine royale de Laeken, propriété du fédéral et véritable poumon vert de 186 hectares situé au nord de la capitale.

Mais ce Domaine n'est toujours pas accessible à la population...

Plusieurs initiatives visant à rendre accessible le domaine au grand public ont vu le jour ces dernières années, notamment via un jogging organisé autour du Domaine, et via une proposition de résolution déposée par le groupe Ecolo-Groen au parlement bruxellois."Par ce document, nous avons demandé au gouvernement bruxellois d'entamer au plus vite des négociations avec la Donation Royale en vue de concrétiser l'ouverture partielle du Domaine royal au public, mais rien n'avance", déplore Annemie Maes, députée bruxelloise à l'origine de la proposition de résolution. "La proposition a été prise en considération, mais n'a jamais été votée. Il y a un blocage au niveau des partis de la majorité et la situation semble s'enliser"

Cette situation est déplorée par un groupement citoyen - OpenLaeken - qui, a moins de deux mois des élections, lance une pétition pour inciter les pouvoirs publics à s'accorder pour rendre accessible cet espace au public. Un moyen, selon eux, de leur mettre la pression pour que les partis se positionnent sur la question en cette période cruciale.

"Nous demandons au gouvernement fédéral de prendre, en collaboration avec toutes les parties prenantes et en premier lieu la famille royale, des initiatives afin de convertir cet espace vert réservé à un usage privé en un parc public au plus vite !", peut-on lire dans la pétition qui a recueilli près de 300 signatures.

"Le Domaine royal de Laeken s’étend sur une superficie équivalente à 250 terrains de football ou plus de 6 fois le Parc du Cinquantenaire. Le domaine est même plus grand que la commune de Koekelberg ou de Saint-Josse-ten-Noode ! Ce domaine reste par contre dissimulé aux yeux des Bruxellois derrière un grand mur surplombé de fils barbelés. Une telle privatisation de l’espace public, au cœur d’une capitale européenne, est surprenante. Au vue de la superficie gigantesque des “jardins”, en ouvrir au moins une partie au public, nous semble donc tout à fait raisonnable. De nombreux pays européens ont fait ce choix. Aujourd’hui, que ce soit à Londres, à Oslo ou à Madrid, les habitant·e·s peuvent profiter des grands domaines urbains royaux", ajoutent les membres d'OpenLaeken.

Contacté, le cabinet du palais Royal affirme que le projet est toujours au point-mort.