La question de l'abattage rituel est à l'analyse au parlement bruxellois suite au dépôt, par Défi, Groen et l'Open VLD d'un texte visant à interdire l'abattage sans étourdissement des moutons. La commune d'Anderlecht a décidé de faire son propre débat sur la question en conseil communal, jeudi dernier. Le débat a donné lieu à quelques surprises.

Tout commence par une motion du PTB "relative au soutien à l’abattage rituel”, ce jeudi soir. La majorité s’est emparé de la motion et l’a amendé. On peut alors y lire que le conseil “exprime sa volonté de ne pas imposer l’abattage avec étourdissement en Région de Bruxelles-Capitale.” Ce texte n’a en soi aucun effet sur le débat au parlement mais le plus intéressant à observer constitue le vote des formations politiques. Certains élus ont voté contre les directives régionales de leur parti. Explications.

Mais où est passé Défi ?

Récemment, le bourgmestre Fabrice Cumps (PS) annonçait dans nos pages que la question de l'étourdissement ne devait pas diviser la majorité communale. Le texte au parlement est déposé par Défi et le PS y est opposé. Mais Défi est dans la majorité à Anderlecht avec le PS. Ce jeudi soir, l'échevin Alain Kestemont (Défi) n’était pas présent au conseil. La cause : “un problème familial de dernière minute”.

Aucun membre de Défi n’était présent d’ailleurs. Interrogé ce vendredi matin, l’échevin affirme qu'aucune tension n’existe dans la majorité sur ce sujet. La cheffe de groupe Défi au conseil d’Anderlecht, Nicole Bomele, avait tenté d'amender la motion. “On voulait reporter ce texte pour ne pas voter tant que les auditions au parlement n'étaient pas terminées." Cela n’a pas été retenu. Défi n’a donc pas signé la motion comme le reste de la majorité. "C'était trop précipité, il fallait attendre.”

Le grand écart de Groen

L'attitude de Groen est plus surprenante. Le groupe Groen d'Anderlecht, a voté pour la motion qui est contre le texte déposé par... son propre parti au parlement. “C’est un choix purement local, pour l’aspect économique de défense des abattoirs d’Anderlecht. Mais ce texte était purement symbolique. La compétence est régionale. J’en ai discuté avec mes collègues de la région. On se soutient et ils comprennent cette position,” explique l'échevine Susanne Muller Hubsch. (Groen)

PS et Écolo et Les Engagées ont voté pour

La ligne du PS au parlement régional est bien connue : le parti s’oppose au texte discuté en ce moment qui vise à interdire l’abattage sans étourdissement préalable. Ici, local et régional se sont donc bien suivis. Les Écolos d’Anderlecht suivent également la ligne de leur parti. Au parlement bruxellois, le groupe Écolo a choisi de laisser la liberté de vote à ses députés sans imposer de ligne directrice.

Pour les Engagés, c’est plus subtil. Céline Fremault, cheffe de file du groupe au parlement, assurait donner la liberté à son groupe sur ce vote. Elle-même réserve sa position tant que les auditions ne sont pas terminées. Mais, dans le programme du parti, on peut lire que l’étourdissement réversible et non-susceptible d’entraîner la mort “doit être privilégié". À Anderlecht, les Engagés n’ont pas attendu les auditions. Ils ont voté pour la motion. Pour l‘échevin Julien Milquet (Les Engagés), la ligne du parti est claire : "sur les questions éthiques, chacun vote en son âme et conscience, c’est ce que nous avons fait.”

Avec le PTB qui soutenait également la motion, cette dernière a été adoptée.

De leur côté, MR et N-VA ont voté contre la motion, fidèle à leur ligne régionale. En voyant Défi absent et le PTB en accore avec la majorité communale, Gaëtan Van Goidsenhoven, chef de groupe MR, ironisera quelques minutes après le vote du conseil : “J’ai parfaitement compris que le PTB a pris sa place dans la majorité, peut-être a-t-il remplacé Défi à ce stade."