Un des dossiers sensibles de la législature bruxelloise : la réforme de l’abattage rituel fera bientôt l’objet d’un vote au parlement régional. Selon nos confrères du Soir, le PS votera contre l’ordonnance proposée par le ministre du Bien-Être animal, Bernard Clerfayt (Défi) qui vise à imposer l’étourdissement préalable.

Selon le quotidien, le PS dénonce un texte trop parcellaire, qui se concentre trop sur la fin de vie de l’animal. "C’eût été plus intéressant d’avoir un vrai débat sur le Code du bien-être animal, qui pourrait englober aussi bien la question de l’abattage", a indiqué au Soir la députée Isabelle Emmery (PS).

L’accord de gouvernement de l’exécutif Vervoort III passait pour rappel la question sous silence. Mais à la suite d’un arrêt de la Cour constitutionnelle, le ministre compétent a voulu légiférer… mais la question ne suscitait pas de consensus parmi les partenaires de coalition. La décision (classique pour dossiers symbolique) a été de renvoyer la balle au parlement.

Le texte a été déposé par Défi, soutenu par Groen et l’Open VLD. Aucune date n’est cependant déjà fixée pour le processus législatif.

La Flandre et la Wallonie ont déjà légiféré afin d’imposer l’étourdissement avant l’abattage.

La NVA et le MR dénoncent
La décision du PS est jugée "incompréhensible" par la N-VA, qui a elle-même déposé au parlement de la Région de Bruxelles-Capitale un projet d'ordonnance visant à interdire l'abattage sans anesthésie. "L'attitude du PS Bruxellois visant à empêcher l'obligation d'abattage avec étourdissement est incompréhensible. Ce faisant, les socialistes bruxellois optent résolument pour la souffrance animale", souligne le parti nationaliste dans une réaction envoyée à l'agence Belga.

"Espérons que les autres partis bruxellois soutiendront l'interdiction de l'abattage sans étourdissement, comme ils le font déjà dans les régions wallonne et flamande, afin que le bien-être animal soit enfin pris au sérieux à Bruxelles également", ajoute la N-VA.

"Entre la position wallonne et la position bruxelloise au PS…, c'est deux salles, deux ambiances. Le bien-être animal passe après le ramassage des voix communautaristes", souligne pour sa part, sur Twitter, la députée MR Aurélie Czelalski. "Mais tout n'est pas perdu pour les animaux à Bruxelles: BruGov interdit les delphinariums…", ironise-t-elle enfin.

Du côté du CD&V, enfin, on s'étonne aussi de la position socialiste. "Je suis très surprise que le PS décide d'enterrer une proposition de trois partenaires de la majorité, avant même le début du débat parlementaire. C'est vraiment une drôle de manière de faire de la politique", indique la députée bruxelloise et ex-Secrétaire d'Etat au Bien-être animal Bianca Debaets. 

"On sait depuis longtemps qu'il existe des méthodes alternatives, acceptées d'ailleurs par de nombreux croyants. Et, voici quelques mois, la Cour de Justice européenne a décrété que cette interdiction de l'abattage rituel n'était pas contraire à la liberté de culte. Par respect pour le bien-être animal, il est désormais temps que nous évoluions une fois pour toutes dans ce dossier, au lieu de s'accrocher à des pratiques ancestrales et trop douloureuses", conclut-elle.