BRUXELLES

Le travail pourrait reprendre demain ou lundi. L’emploi est garanti par Emir Kir

NÉGOCIATIONS En grève depuis près de trois semaines, les représentants syndicaux des 47 salariés du centre de tri de l’Agence Bruxelles Propreté (ABP), basée à Forest, ont convenu d’un protocole d’accord avec la direction, a-t-on appris hier.

Le texte doit encore être approuvé par l’ensemble du personnel. Le travail pourrait reprendre ce vendredi ou lundi prochain.

Les ouvriers de ce centre géré par Bruxelles-Recyclage, une filiale de l’ABP, craignent d’être victime de chômage technique lorsque sera entamé le chantier d’automatisation du site, prévu fin de l’année prochaine. Une grève avait déjà été menée l’an passé, pour les mêmes raisons.

Rappelant un accord signé fin 2008, déjà, et le secrétaire d’État en charge du dossier Emir Kir a de nouveau promis que le volume d’emploi ne serait pas atteint après l’automatisation du centre.

Selon les syndicats, cette modernisation entraînera un surplus de main-d’œuvre d’environ vingt personnes. Craignant par ailleurs pour le pouvoir d’achat des ouvriers, les syndicats revendiquent également la hausse du prix des chèques-repas, le replacement des ouvriers en surplus une fois le site automatisé ainsi que le maintien des primes et pécules durant le chômage technique.

Le centre de tri traite chaque année environ 60.000 tonnes de déchets, dont un tiers d’emballages et deux tiers de papiers et cartons. Sa capacité totale permet pourtant de traiter jusqu’à 95.000 tonnes de déchets.



© La Dernière Heure 2009