Le témoignage relayé par un entrepreneur faisant état de cas de racisme au sein de l’établissement La Terrasse O2 a été massivement partagé en ce début de semaine. Suite à cela, les membres de la direction et du personnel ont reçu une salve de menaces de mort.

On apprend ce mercredi que deux collaborateurs ont décidé de quitter l’établissement. Il s’agit de deux personnes qui étaient directement en contact avec la clientèle. "Face à une vague de cyberharcèlement via les réseaux sociaux et leurs messageries privées, incluant des propos haineux et très inquiétants voire même des menaces portant atteinte à leur intégrité physique, certains de nos collaborateurs ont émis le souhait de se mettre en congé. Dans la mesure où ces raids numériques, d’une violence inouïe, ne semblent plus s’embarrasser de la moindre limite, les responsables de la Terrasse O2 dénoncent l’acharnement et l’effet de meute d’une communauté visiblement très bien organisée", explique la Terrasse dans un communiqué.

Pour mémoire, le témoignage de Paul N., un entrepreneur présent le jeudi 17 juin à la Terrasse afin de proposer une collaboration à l’établissement pour vendre des cigares, faisait était de cas de racisme à l’entrée de cet établissement huppé. Selon lui, les sorteurs ont recalé plusieurs personnes sur base de leur couleur de peau.

Dans la foulée de la vidéo vue près de 45.000 fois, la Terrasse a annoncé avoir diligenté une enquête interne. "Alertés par le torrent de haine charrié sur les réseaux sociaux par une certaine communauté, nous avons dès le lendemain, vendredi 18 juin, diligenté une enquête interne, notamment auprès de la société ESG SECURITY, qui assure la sécurité du site et à qui nous renouvelons notre confiance. Il en ressort que l’incident à caractère prétendument raciste est une polémique non fondée, lancée par une personne visiblement en quête de notoriété qui, sur fond de victimisation, entend faire le buzz à bon compte", explique l’établissement.

"Depuis sa création, en 2003, la Terrasse O² est reconnue pour être un lieu de convivialité, d’échange et de partage ouvert à tous. Nous avons accueilli plus d’un million de visiteurs et jamais nous n’avons été confrontés à de telles accusations de racisme ou de discrimination. Ce sont d’ailleurs des actes que nous condamnons avec la plus grande fermeté dans la mesure où ils ne correspondent pas aux valeurs défendues par les personnels, collaborateurs, fournisseurs et partenaires associés à notre organisation. Si acte flagrant de racisme il y a eu, alors la justice doit être saisie. Que la justice fasse une enquête et qu’elle fasse éclater la vérité. Nous sommes prêts à faire face à nos responsabilités avec sérénité et détermination", conclut le porte-parole de La Terrasse.