Actiris lance le numéro 0800/35.089 pour lutter contre la discrimination à l’embauche.

Trop basané(e), trop âgé(e), en situation de handicap ou de sexe féminin : tous les Bruxellois (es) sont potentiellement concerné(e)s par la discrimination. Une étude récente de view.brussels montre que les inégalités à l’embauche selon l’origine nationale sont massives et structurelles. Le taux de chômage des personnes d’origine maghrébine et des afro-descendants est trois à quatre fois plus élevé que celui des Belgo-Belges. “Mon diplôme de médecine, obtenu en Afrique, n’a pas été reconnu en Belgique. J’ai trois masters et je maîtrise parfaitement le français et l’anglais. Pourtant, je cherche du travail depuis deux ans. J’ai envoyé plus de 150 candidatures”, témoigne par exemple Joseph, congolais de 32 ans.

L’âge est un autre critère discriminant : 40 % des Bruxellois de plus de 50 ans ne travaillent pas. De manière générale, les femmes sont encore plus discriminées. L’année dernière, Unia a ainsi reçu 1 629 signalements travail et emploi, soit une hausse de 63 % en cinq ans.

Pour donner à chacun et chacune des chances équitables sur le marché de l’emploi, Actiris lance son nouveau service anti-discrimination, entièrement réformé. Objectif numéro un : encourager les signalements “car il y a un véritable problème de sous-reportage”. Le numéro vert 0800/35.089 exclusivement dédié à la discrimination à l’embauche est donc désormais joignable du lundi au vendredi de 9h à 16h30. Vous pouvez également remplir un formulaire de signalement en ligne sur le site www.actiris.be.

“Notre message, c’est de dire : si vous êtes touché par la discrimination à l’embauche, signalez-le. C’est le début de la solution. Pour vous d’abord, car le service vous aidera dans vos démarches. Mais aussi pour les autres. En signalant les discriminations, vous participez à la lutte contre ce phénomène”, explique Grégor Chapelle, directeur général d’Actiris. “Grâce au numéro vert et au formulaire de signalement, nous œuvrons à une société toujours plus inclusive”, approuve Bernard Clerfayt (Défi), ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Outre des heures de permanence, le service anti-discrimination Actiris Inclusive relève quatre missions : informer les chercheurs d’emploi, sensibiliser les professionnels, orienter les chercheurs d’emploi discriminés et formuler des avis et recommandations aux décideurs. Chaque antenne d’Actiris dispose d’une personne de référence pour l’anti-discrimination. “Quand on voit l’importance qu’Actiris a acquis sur le marché du travail bruxellois, on réalise le rôle essentiel qu’aura ce nouveau service”, conclut Nawal Ben Hamou (PS), secrétaire d’État en charge de l’Égalité des chances.