Actiris a présenté son plan d'action pour l'accueil des réfugiés ukrainiens en recherche d'un emploi. Ces dernières semaines, 328 se sont inscrits à l'agence bruxelloise pour l'emploi. "Des femmes dans 80% des cas", relève Actiris. "Il est difficile de prévoir avec exactitude le nombre de réfugiés en provenance d'Ukraine qui chercheront un emploi dans les semaines, mois ou années à venir. Toutefois, les estimations régionales évaluent actuellement la demande d’emploi ou de formation à 5.000 chercheurs d'emploi supplémentaires à Bruxelles."

Ainsi, l'agence pour l'emploi a ouvert un guichet spécifique à l'accueil des réfugiés ukrainiens au siège central de l'entité, rue de l'Astromonie à Saint-Josse. Des interprètes sont présents en permanence. ​Une fois inscrits chez Actiris, les chercheurs d'emploi ukrainiens peuvent obtenir des chèques-langues pour des cours de français et/ou de néerlandais. Brulingua, la plateforme bruxelloise d'apprentissage en langues disposera dans les prochaines semaines d'une interface en ukrainien afin de faciliter l'apprentissage des langues nationales. Enfin, les quatre crèches Actiris accueillent les enfants des chercheurs d'emploi, d'où qu'ils viennent.

Les entreprises bruxelloises qui embauchent des réfugiés ukrainiens de moins de 30 ans ou de plus de 57 ans peuvent déduire 15.900 € sur 30 mois pour un contrat à temps plein. "A cela s'ajoute un incitant à la formation d’un montant maximal de 5.000 € destiné à compenser les coûts de formation du travailleur", précise Actiris. L'employeur qui engage une personne qui a perdu son emploi en Ukraine à cause de la guerre a quant à lui droit à la prime Phoenix.brussels dont le montant s'élève à 800 euros par mois pendant une durée de 6 mois maximum.