Malgré l'appel au calme de la famille d'Adil, de nouveaux incidents sont à déplorer ce vendredi en fin d'après-midi à Anderlecht.

Selon nos infos, on dénombre déjà une cinquantaine d'arrestations. La situation est très tendue sur place. La police s'attendait à d'éventuels débordements et a préparé les moyens nécessaires pour tenter de les éviter.

Peu avant 17 heures, La DH apprenait que des cocktails molotov étaient utilisés. Un véhicule de police est en feu.

© D.R.

Plus tôt cet après-midi, une centaine de personnes s'étaient rassemblées, vers 14h00, rue Van Lint, non loin de la place du Conseil à Anderlecht, où des troubles avaient également été constatés jeudi soir. Selon la porte-parole de la police de Bruxelles-Midi (Anderlecht, Forest et Saint-Gilles) Laziza Sadik, la police est encore sur place. "Les arrestations ont pu se faire relativement dans le calme", a-t-elle, estimé, de son côté. Il n'y a, selon elle, pas eu usage de gaz, ni de recours à l'arroseuse. Aucun jet de projectiles n'a été mentionné, ce qui avait été le cas lors du rassemblement de jeudi soir.

Il s'agit, d'après les éléments en sa possession, de personnes se revendiquant anarchistes. Cependant, les événements sont à mettre en lien avec l'annonce, jeudi matin, d'une demande de non-lieu pour les policiers, dans le cadre de l'enquête sur le décès d'Adil. Ce jeune Anderlechtois de 19 ans est décédé en avril dernier à la suite d'une course-poursuite avec la police.

Jeudi soir, la police de la zone Bruxelles-Midi a recensé trois incendies volontaires de véhicules en marge d'un rassemblement d'une quarantaine de personnes à la place du Conseil. Trois procès-verbaux judiciaires ont donc été rédigés et la police a procédé à une vingtaine d'interpellations administratives.