Au début, il veut embrasser. Puis, il cogne.

Nazir Barghouti a été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles à 64 mois de prison ferme pour des agressions particulièrement violentes contre des femmes seules, en rue ou dans le métro et pour un hold-up minable dans un snack.

Le prévenu compte déjà six condamnations à son casier judiciaire, pour des attentats à la pudeur et des vols avec violences. Il a à nouveau commencé à sévir le 27 octobre 2009. Ce soir-là, il a suivi, au volant de sa Mercedes, une dame qui sortait du CHU Saint-Pierre. Il est sorti de son véhicule et a tenté d’embrasser sauvagement la victime qui l’a repoussé. Il n’a alors pas hésité à la frapper.

En février 2010, à la sortie d’un bar à Saint-Gilles, il a encore suivi une victime en voiture et a à nouveau tenté de l’embrasser. Quand la victime a résisté, il l’a rouée de coups jusqu’à lui fracturer le crâne. La malheureuse a failli y laisser la vie. Quand elle a pu être interrogée, elle a décrit le véhicule du prédateur et c’est de cette manière que les enquêteurs ont pu remonter jusqu’à lui.

Enfin, en juillet 2010, Barghouti a encore voulu embrasser deux jumelles mineures dans le métro, sur le territoire de Koekelberg. Après l’échec de sa tentative, il leur a craché dessus et les a frappées. Quand les agents sont arrivés, il s’est également battu avec eux. Mais les juges ont infligé deux peines : 40 mois et 2 ans. Le tout ferme.



© La Dernière Heure 2012