Pour le député Ahmed El Khannouss (cdH), les polémiques sur le génocide arménien étaient de la récupération politique.

"Que le massacre des Arméniens doive être ou non appelé un génocide ? Je m’en fous ! Si on me dit de dire que c’est un génocide, je le dirai, je n’ai aucun problème avec cela ! Je m’aligne d’ailleurs sur la position officielle exprimée par le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR). Pour le génocide juif ? Je dirai évidemment à 150 % qu’il y a eu génocide, car il y a eu une volonté d’exterminer de manière scientifique une race. Ici, il y a eu en tout cas un massacre à très grande échelle et une souffrance énorme. Que je peux appeler génocide si on me le demande !"

"Mais si certains ne veulent pas appeler cela un génocide, cela ne me pose pas de problèmes non plus. Je suis fâché car je ne veux pas que l’on joue avec la souffrance des gens. Je trouve que les polémiques de ces dernières semaines étaient parfois une sorte de surenchère de certains politiciens qui s’est construite sur la souffrance des gens", nous indique mercredi soir le député bruxellois Ahmed El Khannouss (cdH).

Les critiques émises sur les trois députés bruxellois socialistes accusés par certains d’avoir empêché en séance plénière la minute de silence dédiée aux victimes arméniennes, ou sur l’absence du député-bourgmestre Emir Kir à la minute de silence au Parlement fédéral ? "Ce qui m’emmerde, ce sont les donneurs de leçon alors qu’il y a tant de souffrance dans le monde !", a répliqué l’élu cdH, par ailleurs échevin à Molenbeek.

Plus tôt dans la journée, l’élu humaniste postait sur Facebook un très long texte, sous forme de tribune, intitulé La Turquie mérite tout notre respect ! afin d’exprimer son ras-le-bol. "Cela fait longtemps que je rencontre des personnes d’origine turque tous les jours qui me disent combien elles souffrent de toutes les polémiques et critiques reçues. Ils se sentent stigmatisés, et ce n’est pas normal et positif. Il faudrait plus aider à construire des ponts entre les deux communautés ! Quand le président turc vient en Belgique et qu’un député fédéral N-VA critique sa venue. On sent derrière finalement un peu de racisme. De manière générale, il y a eu de la récupération politique ces dernières semaines !", insiste--t-il, très remonté.

Il précise d’ailleurs qu’il n’est pas d’origine turque, et qu’il voit donc tout cela avec une certaine distance. La prise de position du député bruxellois lui a en tout cas valu ce mercredi soir d’être l’objet d’un article du blogueur Marcel Sel intitulé Ahmed El Khannouss, le cdH a désormais aussi son "négationniste". "Je ne suis pas négationniste du tout et je suis choqué par cette accusation", s’est insurgé l’élu cdH.