Des poubelles débordant d’ordures ménagères, des bouteilles et des canettes jetées des voitures, des mégots tapissant les trottoirs : plusieurs riverains Anderlechtois déplorent la malpropreté de leur quartier. "Durant le confinement, j’avais remarqué une amélioration de la propreté dans les rues de ma commune. Probablement que le personnel communal faisait bien son travail, comme souvent d’ailleurs, et que les gens sortaient beaucoup moins. Mais depuis le déconfinement, c’est à nouveau une catastrophe. Pas une seule rue n’est propre, on trouve de tout partout !", dénonce Daniel.

L'Anderlechtois ne compte plus le nombre d'incivilités relevées ces dernières semaines. "Certains clients du Quick et du Cora se débarrassent des déchets dans le parc des Etangs, des habitants de Dilbeek viennent déposer leurs sacs-poubelles devant chez nous, les dépôts clandestins autour du terrain de foot Bx Brussels se multiplient. Plus personne ne nettoie son trottoir, les jardinets sont dégoûtants."

© D.R.

Du côté du parc Astrid aussi, la situation interpelle. "Le quartier est de plus en plus sale, l'entretien des rues est très aléatoire. Les poubelles publiques ne sont pas vidées du vendredi au lundi et débordent chaque week-end, relate Fabrice, pharmacien sur le rond-point du Meir dans une lettre aux élus locaux. Les poubelles de couleur sont maintenant entreposées chaque semaine devant la pharmacie, les camions poubelles ne peuvent plus passer dans la rue Docteur Jacobs par je ne sais quelle aberration. Il n'ya plus de désherbage au pied des arbres, ce qui entraîne l'accumulation de petits déchets et un sentiment de saleté. En tant que commerçant, on n'est pas aidé."

Sur Facebook, la page "Anderlecht dépotoir à ciel ouvert" recueille régulièrement des témoignages, photos à l'appui, de rues ou de parcs jonchés de déchets. "Il arrive désormais qu'il faille zigzaguer entre les amas de déchets abandonnés jusqu'au milieu des rues. Pareilles images de déchéances, jusque dans les quartiers résidentiels d'Anderlecht, étaient impensables il y a encore quelques années, déplore le conseiller communal Gaëtan Van Goidsenhoven (MR). Durant les élections de 2018, les différents partis démocratiques s'étaient engagés à prendre ce problème à bras-le-corps, force est de constater que depuis le début de l'actuelle législature, en dehors que quelques effets d'annonce, aucune stratégie probante n'a permis de redresser durablement une situation devenue insupportable pour bon nombre de citoyens."

© D.R.

Au courant de la situation, la majorité reconnait certains problèmes mais refuse de généraliser. "Il est possible que des citoyens aient un ressenti de malpropreté en ce moment. On s'y attendait car en raison de la crise, les gens restent à Bruxelles et génèrent donc plus de déchets alors que les effectifs communaux n'ont pas été augmentés, indique le cabinet de l'échevin de la Propreté Allan Neuzy (Ecolo). A défaut de pouvoir engager rapidement suffisamment de personnel, nous avons établi au début de l'été un nouvel ordre des priorités pour rendre le service plus efficace."

Depuis un mois, les parcs et espaces verts sont ainsi nettoyés le matin afin d'être propres pour les utilisateurs pendant la journée. Les corbeilles et bulles à verre font également l'objet d'une attention particulière, tout comme les grands axes. "Nous tenons en outre à rappeler que le ramassage des dépôts clandestins ne fait pas partie des missions de la commune. Jeter un déchet sur la voie publique est un délit, il en va donc de la responsabilité des citoyens de maintenir l'espace public en bon état."