Ce jeudi soir, lors du conseil communal d'Anderlecht, l'acte de vente d'un terrain communal, rue Schlosser dans le quartier des Trèfles, était à l'ordre du jour. Le conseiller communal PTB Giovanni Bordonaro a interpellé le bourgmestre Fabrice Cumps (PS) ainsi que l'échevine du Logement Fathia El Ikdimi (CDH) à ce sujet.  
" Ce terrain est prévu pour être vendu à un promoteur immobilier privé, indique Giovanni Bordonaro. Je tombe de ma chaise car la commune manque de terrains publics et vend au privé ceux qu'elle a. Notre point de vue est que les terrains publics doivent profiter au public. C'est un terrain mixte. On peut y construire des logements sociaux, mixtes ou même de l'équipement public. Les besoins de manquent pas. Pourquoi pas y construire la crèche qui est bloquée depuis plus de dix ans rue de l'Obus ? Le terrain fait 195 m², on peut y construire une surface de six mètres et un immeuble de 29 à 34 mètres de profondeur. Ce n'est pas un mini terrain. Les logements privés sont trop chers pour la plupart de gens, pourquoi ne pas faire de logement aux loyers plus accessibles."
L'échevine Fatiha El Ikdimi se veut rassurante. "Ce n'est pas un gros promoteur. Il ne va pas construire une centaine de logements, cela sera trois ou quatre logements, pas plus. Il est propriétaire de la parcelle voisine et il a souhaité acheter ce terrain pour prolonger ses logements. Comme nous n'avions rien de prévu, nous avons accepté. C'est une vente de grès à grès (sans intermédiaire, NDLR). C'est très rare qu'on vende nos terrains". 
"Cet argent nous permet de rénover notre patrimoine communal c'est à dire, les crèches, les écoles ou les infrastructures sportives, poursuit l'édile. Cela permet également d'acquérir des logements laissés à l'abandon. Nous ne baissons pas pour autant notre offre de logements sociaux. Des immeubles du parc privé sont très souvent mis en gestion auprès d'Agences Immobilières sociales (AIS)".