La femme qui a reçu des coups de couteau alors qu'elle sortait de chez elle, mardi matin à Anderlecht, est sortie des soins intensifs, a annoncé le parquet de Bruxelles mercredi.

Les jours de la victime ne sont désormais plus en danger. Les enquêteurs vont donc pouvoir très prochainement l'auditionner, ce qui sera primordial pour comprendre quels étaient les motifs de l'agresseur, a souligné le porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman. "La victime est sortie des soins intensifs. Son état est moins préoccupant et l'on peut dire que ses jours ne sont plus en danger. Les nouvelles sont rassurantes", a déclaré Denis Goeman, mercredi en fin de matinée.

"Ceci indique qu'elle va pouvoir être auditionnée assez vite et ce sera primordial pour comprendre le motif de l'agression, pour pouvoir fermer certaines portes", a ajouté le porte-parole du parquet de Bruxelles. Ce dernier a tenu à rappeler que, pour le moment, le motif reste inconnu et rien ne permet de penser qu'il s'agit d'une agression raciste ou xénophobe.

"Il y a diverses pistes explorées. Est-ce un acte à replacer dans un contexte familial, un acte de violence isolé ou un acte commis pour un motif raciste? Les policiers enquêtent toujours", a précisé le porte-parole.

Mardi matin à 7h20, une femme de confession musulmane âgée de 32 ans a été poignardée devant ses trois enfants sur la chaussée de Ninove à Anderlecht, alors qu'elle sortait de chez elle. La victime a été emmenée à l'hôpital dans un état critique.

Une information judiciaire a été ouverte du chef de tentative de meurtre. L'enquête prévoit entre autres le visionnage d'éventuelles images de caméras de surveillance et une enquête de voisinage. Aucun suspect n'a pu encore être appréhendé.