Bruxelles "Cette cité devient un véritable coupe-gorge", s’insurge une habitante.

Le climat est plus délétère que jamais dans la cité du Peterbos, à Anderlecht. Pour rappel, trois contrôleurs de la Stib ont violemment été agressés par une vingtaine de jeunes, ce dimanche vers 20h30 après un contrôle banal. Un triste événement qui s’ajoute à une liste déjà longue (braquages, policiers caillassés, trafic de drogue, etc.) dans ce quartier où le dialogue entre les jeunes et la police semble rompu.

Du côté des habitants, ce énième incident ne passe pas, et les propos tenus par certains locataires sont sans équivoque. "Il est fréquent que des jeunes jettent des pavés depuis les toits. J’ai déménagé à cause de l’insécurité mais ma mère y habite encore. Quand je vais lui rendre visite, je cache mon sac sous ma veste et je cours du parking jusqu’à son appartement. Cela fait des années que la situation est problématique et elle continue à s’aggraver. Cette cité est devenue un véritable coupe-gorge. Les trafics de drogue et même d’armes y sont fréquents", explique Yvonne, qui témoigne sous couvert d’anonymat.

Elle pointe du doigt l’absence de répression et le fait que les jeunes agissent en toute impunité. "Lorsqu’un mineur se fait interpeller, il est relâché deux heures plus tard. C’est le système qui est mauvais et il faut faire payer les parents pour améliorer la situation !", ajoute Yvonne.

De son côté, Eric Tomas (PS), bourgmestre d’Anderlecht, condamne fermement les incidents survenus dimanche. "Certains jeunes se croient tout permis et s’attaquent à tout ce qui représente l’autorité, que ce soit les policiers, les services communaux ou les services de la Stib. J’ai demandé au parquet de désigner un magistrat de référence pour cette cité, mais sans succès jusqu’à présent", affirme-t-il.

L’édile précise que des mesures ont déjà été prises avec un renforcement du personnel policier sur le site. "Nous avons mis des policiers en civil chargés de faire un inventaire de la situation, d’observer les différents trafics qui s’y déroulent. On constate que beaucoup de clients viennent de l’extérieur et on sait maintenant comment se passe le deal. Mais le plus inquiétant, c’est qu’ils sont bien organisés et afin d’éviter d’interpeller les majeurs, ce sont des mineurs d’âge qui sont mis au travail. On m’a signalé des cas de jeunes de 9 ans qui font du deal ! Il y a une démission totale de la part de certains parents", conclut-il.

Pour rappel, fin 2017, la cité du Peterbos a été sélectionnée dans le cadre d’un contrat de quartier durable. "Nous avons pleine conscience que ce quartier doit évoluer et être beaucoup plus intégré au regard des besoins d’une population largement précarisée et très dense. Il faut donc aménager les espaces publics, créer des activités sociétales afin d’améliorer la situation", conclut Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), échevin de l’Urbanisme.