Christophe Dielis a été invité par l'école de sa fille pour parler des élections, le PTB s'insurge.

Le mercredi 19 septembre, Christophe Dielis, échevin MR à Anderlecht, s'est rendu - à la demande de l'école - à l'Institut Notre-Dame (ISND), drève des Agaves, pour présenter le fonctionnement démocratique en Belgique à deux classes de sixième primaire.

Mais cette présence dans une école à quelques semaines des élections communales fait grincer des dents. "Le but était de présenter les élections communales de façon générale et je pense que c'est une bonne chose que nos enfants sachent comment fonctionne notre système démocratique", explique une maman d'élève. "Mais je trouve cela déplacé dans le contexte électoral que l'on connaît, d'autant qu'il était le seul candidat en présence des enfants."

Contacté, Christophe Dielis réfute toute démarche électoraliste. "Ma fille est scolarisée dans l'une des deux classes et ce sont les professeurs et la direction qui m'ont demandé d'aller présenter les élections aux élèves", explique l'échevin libéral. "J'ai présenté le fonctionnement des élections, le scrutin, le fonctionnement de notre système démocratique avec les différents niveaux de pouvoir, comment se forme un conseil communal et le collège. C'est tout... Je n'ai pas fait de politique, ni mis le MR en avant ! Ce sont des enfants de primaire qui n'ont pas encore le droit de voter et ma démarche n'était clairement pas électoraliste."

Ni une ni deux, le PTB a tenu à réagir. "Je m'insurge de la présence de l'échevin MR, Christophe Dielis, dans une école primaire de l'ISND ce mercredi 19 septembre, en pleine campagne électorale. C'est une démarche malhonnête, où Monsieur Delis décide dans son petit coin d'aller faire la promotion du programme du MR auprès d'enfants âgés de 10 ans. Si l'intention est de sensibiliser les enfants sur les élections, cela doit se faire dans un certain cadre, en présence de plusieurs personnalités politiques, dans un but purement pédagogique. Ce qui n'est pas du tout le cas dans cette situation: Dielis est venu seul et a clairement promu le point mobilité du son parti", s'insurge Giovanni Bordonaro, tête de liste PTB à Anderlecht. Et de conclure: "non seulement des partis comme le MR bénéficient d'une plus grande visibilité au vue de leur moyen et des lois qui leur sont favorables, mais en plus ils osent utiliser de telles pratiques".

De son côté, la direction - qui a assisté à la présentation - confirme que Christophe Dielis est venu à la demande de l'école, et qu'il n'a aucunement évoqué le programme du parti ou la liste des candidats.