Grâce à la bienveillance des riverains, les animaux qui pataugeaient dans l’étang vide ont pu être capturés et relâchés dans un autre étang.

Le pire a été évité du côté de l’étang du parc Astrid ! Il y a trois semaines, l’étang a été vidé afin qu’on le nettoie et qu’on en entretienne les berges. Seulement voilà, tous les animaux qui occupaient l’étang n’ont pas été évacués, on les a laissés patauger dans la boue…

Une situation qui a fortement préoccupé les riverains, qui ont alors pris contact avec la Ligue royale belge pour la protection des oiseaux (LRBPO). "Nous sommes intervenus fin de semaine dernière pour capturer les familles d’animaux qui occupaient l’étang vide. Ils ont été relâchés plus loin, dans l’étang de la Pede", explique le directeur, Jean-François Buslain. "C’est certes évidemment positif de nettoyer l’étang, d’autant qu’on y trouve des extincteurs, des vélos et autres objets qui sont néfastes pour les animaux, mais la période choisie n’était pas adéquate car nous sommes en pleine période de nidification et de canicule."

Durant trois heures, les membres de la LRBPO - avec l’aide d’ouvriers communaux - se sont donc attelés à capturer les animaux de l’étang. C’est ainsi que les jeunes canards, les oisillons de foulques, les poules d’eau, les jeunes oies et les oies blanches ont été capturés et relâchés dans l’étang de la Pede. Des tortues domestiques délaissées par leur propriétaires et jetées dans l’étang ont également été capturées. "Les oiseaux adultes auraient très bien pu prendre leur envol pour aller se nourrir ailleurs mais ils sont restés près de leurs petits qui ne savaient, eux, pas nager", ajoute Jean-François Buslain.

Gaëtan Van Goidsenhoven, le chef de groupe de l’opposition MR au conseil et le président du refuge Veeweyde, était également présent lors de l’opération de sauvetage. "Il est formellement déconseillé de vider pareille pièce d’eau en période de nidification et de post-nidification. Cet épisode navrant démontre l’amateurisme de certains services techniques, l’imprévoyance du collège mais aussi un manque d’intérêt pour la biodiversité et le bien-être animal. Sans l’expertise de la Ligue et la vigilance citoyenne, tous ces oiseaux auraient été condamnés à une mort certaine", fustige-t-il.

Jean-François Buslain souhaite tirer les leçons de cette mésaventure. "Cette situation est due à un problème de coordination entre les différents services concernés. Il faut en tirer les leçons pour éviter que pareille situation survienne à l’avenir" , conclut-il.

De son côté, la commune affirme avoir fait le nécessaire pour évacuer les animaux et se défend de toute négligence concernant le bien-être animal. "Seuls restaient des canards, mais nous ne les avons pas déplacés car ils savent voler", explique la commune.