De son côté, la commune assure suivre les recommandations du fédéral qui stipulent que les masques doivent en priorité être concentrés vers les hôpitaux.

Halina Benmrah, infirmière à Anderlecht et conseillère communale MR, s'insurge de constater que les gardiens de la paix de sa commune ne disposent d'aucun masque, de gant et de gel hydroalcoolique, et qu'ils risquent ainsi de contribuer à la propagation du covid-19.

"Il est incompréhensible que les travailleurs communaux, au contact direct avec la population et les éventuels déchets contagieux laissés par celle ci ne puissent recevoir de leur employeur, les moyens indispensables pour leur protection, masques, gants et gel hydroalcoolique. Il est donc impératif qu'une formation adéquate à la situation sanitaire que nous traversons soit données, via par exemple le bus santé de la commune", explique-t-elle.

"Il serait incroyable et hasardeux qu'une administration communale qui devrait agir en bon père de famille ne prenne pas cette situation en mains avec vigueur pour des questions uniquement budgétaires. Ce serait même un scandale de laisser ces travailleurs "de l'ombre" courir des risques insensés. Ces gens ont aussi une famille et des parents ! Il y va de la réputation et responsabilité des dirigeants de cette commune de résoudre cette situation", précise Halina Benmrah.

Elle déplore le fait qu'aucune séance d'information ait été organisée par la commune pour présenter les mesures de protection à adopter par les gardiens de le paix. Suite à ce constat, elle a décidé d'interpeller le collège lors du conseil communal de ce jeudi soir.

De son côté, le bourgmestre faisant fonction Fabrice Cumps (PS), explique que la commune suit les recommandations strictes du gouvernement fédéral. "Nous appliquons les recommandations du fédéral émises dans la circulaire. Il y est stipulé que les masques doivent en priorité être concentrés vers les hôpitaux pour protéger le personnel soignant. En revanche, nous allons aussi distribuer des repas aux SDF et dans ce cadre-là, nos employés seront équipés de masques, mais cela ne vaut pas pour les gardiens de la paix", conclut Fabrice Cumps.