Le 3 novembre dernier, une étudiante de l'ULB avait affirmé avoir été violée par un faux chauffeur de taxi Collecto. Un suspect avait finalement été arrêté.

Cette fois, c'est un faux taxi Heetch, une autre entreprise de co-voiturage de nuit, qui est mis en cause par une potentielle nouvelle victime.

A nouveau, c'est via le groupe Facebook "ULB Confessions" que le témoignage est partagé.

La victime présumée explique qu'alors qu'elle s'attendait à un homme, comme indiqué sur l'application, c'est une femme qui serait venue la chercher, déclarant que son mari était malade. Par ailleurs, la plaque d'immatriculation ne correspondait pas à celle transmise.

Malgré ses soupçons, la personne a tout de même décidé de faire confiance à l'individu.

Une fois dans le véhicule, le chauffeur s'est dirigé, non pas vers le domicile du client mais vers le Bois de la Cambre où un homme les attendait. Il serait cependant parvenu à s'échapper en se jetant hors du véhicule.

La société Heetch a indiqué auprès de nos confrères du Soir qu'elle prenait cette situation très au sérieux. Elle a rappelé les bonnes précautions à prendre en cas de situation inhabituelle, comme vérifier la plaque et la photo du chauffeur. "Si vous avez un doute, refusez de monter dans le véhicule et contacter le support."