"Afin de garder la mémoire de l'impact de cette période hors normes sur notre quotidien et nos habitudes", le service Culture de l'Université libre de Bruxelles (ULB) a récolté des créations et œuvres de la communauté universitaire afin de "confronter le public à ses propres perceptions du confinement" et pour contrecarrer l'isolement.

En parallèle, les Archives de l'ULB ont quant à elles rassemblé des témoignages manuscrits et digitaux sur cette période. Les visiteurs pourront également partager leur ressenti, leurs propres expériences, face caméra dans un espace aménagé au cœur de l'exposition.

"La culture nous rappelle l'importance de créer des liens et partager les émotions", a déclaré l'échevine de la Culture à la Ville de Bruxelles, Delphine Houba, venue visiter les lieux avant leur ouverture. "La culture appartient à tout le monde (...) Ce travail d'archivage est un moment important. C'est l'occasion de s'exprimer et il faudra du temps pour digérer ça et pour y revenir."

Cette initiative en partenariat avec la Ville de Bruxelles s'intègre dans l'année thématique des "Citoyennetés numériques" de l'ULB, qui aborde le numérique sous toutes ses formes et à travers le prisme de toutes les disciplines, dont la culture.

Des artistes exposeront également leurs œuvres au sein du musée et, "parce que le secteur hospitalier était en première ligne", un espace du Musée donnera à voir une sélection des photos réalisées pendant le premier mois du confinement à l'Hôpital Erasme, par le photographe Charles Chojnacki: "In Vivo, tous les visages d'Erasme".