12 cerisiers, plantés au Busselenberg sans permis. Régularisation ce matin ? Pas si sûr que ça...

ANDERLECHT Le Busselenberg. S'y dressent, depuis peu, 12 cerisiers - des prunus, en latin. Au PS, on avale de travers : ce matin, le collège statuera sur une régularisation de "l'aménagement d'un verger d'ornement". Décodage : on a planté sans permis !

"Nous n'avons fait que leur botter les fesses ! Depuis 2001...", indique Clément Charrue, président des Amis du Busselenberg, favorable aux arbres fruitiers.

C'est une société privée d'Overijse qui a fait le boulot (indirectement donc, le service des plantations d'Anderlecht), croit savoir Alison Rigby, une riveraine, opposée à l'aménagement, comme bien des signataires d'une pétition. "On a fait ça pour être sûr que Mohamed et Saïd ne tapent plus dans un ballon..."

En marge de ces vues divergentes se pose surtout la question du respect des décisions. "On va aussi passer en planter vers minuit", ironise Alison Rigby qui, en l'espèce, en pleurerait plutôt.

Parce que la venue de cerises surprend d'autant que l'exécutif local avait reporté le point, il y a deux, trois mois. "Sachant les désaccords entre riverains, nous n'avons pas approuvé la demande de permis", nous certifie-t-on.

Depuis cette amorce, le point n'est pas revenu au sein du collège; mais les troncs ont poussé. "Qui a commandé ces fichus arbres ?", s'interroge la conseillère Isabelle Emmery (PS), très remontée de n'avoir été suivie, elle qui soutient l'utilité d'un espace (voulu polyvalent dès les annés 50) dédié aux ballons. "Si l'on parle sécurité, pourquoi ne pas limiter l'accès du parc du Busselenberg avec une grille, en conciliant les intérêts des uns et des autres ?"

Alors ? À qui de porter le chapeau ? La régularisation du verger, jusqu'ici interdit, incombe à Anne-Marie Vanpévenage, échevine des Espaces verts. Elle l'a proposée et la défend ce matin.

"On ne peut régulariser ce qui n'a pas été accepté", s'énerve Francine Deroubaix, une autre habitante du quartier des Musiciens, comme pour conjurer le sort. Suspense total : l'élue FDF n'a (ça devient une détestable habitude) pas répondu à notre appel.



© La Dernière Heure 2009