Avec 7,72 m, le sauteur de l’Excelsior s’offre un cinquième titre national à la longueur

Avec un deuxième saut mesuré à 7,72 m, Corentin Campener est devenu, pour la cinquième fois (la troisième d’affilée…), champion de Belgique de la longueur, ce samedi, à Gand. Objectif atteint pour le Tournaisien, affilié à l’Excelsior, même si celui-ci espérait un peu mieux sur le plan de la performance. "Je visais le record francophone, propriété de Nicolas Stempnick avec 7,73 m…"

Il n’a donc manqué qu’un (ou deux) centimètre à Corentin, 27 ans, pour écrire son nom aux côtés (ou à la suite) du Boussutois. "Je regrette surtout le manque de participation et d’émulation lors de ce concours où nous n’étions que sept engagés. Avec la nouvelle règle des trente secondes, accordées à chacun pour sauter, l’enchaînement a été trop rapide pour moi. J’ai ainsi mordu trois essais, les trois, quatre et cinq, avant d’encore réussir 7,66 m au sixième. Et puis, en l’absence de Cédric Nolf, malade, il n’y avait personne pour me pousser dans mes derniers retranchements. Ma saison indoor s’est donc achevée sur ce titre national, mais pas sur la performance que j’espérais."

Place désormais à la saison estivale pour ce licencié en éducation physique donnant des cours collectifs d’athlétisme avec un nouvel objectif : l’Euro berlinois ! "Comme en 2016, pour Amsterdam, le minimum est fixé à 7,95 m. Mais j’espère ne plus revivre le cauchemar d’il y a deux ans. À Nivelles, j’avais sauté 7,94 m. Puis, je suis retombé à 8,05 m, mais avec un poil trop de vent. Saut non homologué. J’étais en forme et je pensais être repêché sur base des 7,94 m, mais je ne l’ai pas été. Pour un centimètre…"

Nivelles pour un minimum européen, Gand pour le record francophone, c’est toujours une histoire de centimètre(s) pour Corentin qui, avec son entraîneur (ancien perchiste), Joffray Baune, vivra la Coupe d’Europe avec l’Excelsior. "Mon club me permet de disputer des compétitions de haut niveau. La concurrence est, bien entendu, un aspect très motivant. Espérons donc que, cette fois, la perf soit au rendez-vous pour que je puisse vivre cet Euro qui m’a malheureusement échappé en 2016…"

Quoi qu’il en soit, les années semblent n’avoir aucune prise sur Corentin Campener…

Guy Beauclercq