Le roi Philippe, la reine Mathilde, le Premier ministre Alexander De Croo et des représentants des victimes ont observé lundi matin une minute de silence à la station de métro Maelbeek à Bruxelles, cinq ans précisément après le double attentat djihadiste qui a fait 32 morts - dans le métro et à l'aéroport de Zaventem. 

Ce moment de silence et de recueillement a eu lieu à 09h11, l'heure précise de l'explosion de la bombe déclenchée par le kamikaze Khalid El Bakraoui, 27 ans, dans une rame de métro qui venait de quitter la station Maelbeek, située près du quartier européen de la capitale. Seize personnes avaient trouvé la mort dans cet attentat commis dans le métro, bondé à cette heure de pointe.

Une bonne heure auparavant, deux autres terroristes, Ibrahim El Bakraoui, le frère du kamikaze de Maelbeek, et Najim Laachraoui s'étaient faits exploser dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles, faisant également seize morts

Les deux attentats avaient été revendiqués par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), qui régnait alors sur un califat établi sur l'Irak et la Syrie.

A leur arrivée, les souverains ont été accueillis par le directeur général de la Stib, Brieuc de Meeûs, et se sont entretenus avec des rescapés de l'attentat du métro.

Le Roi et la Reine, qui était toute vêtue de noir, ainsi que M. De Croo se sont inclinés devant une gerbe de fleurs posée devant un panneau rappelant cet attentat sanglant, alors que les prénoms des victimes étaient égrenés, a constaté l'agence Belga.