Au total, 1 422 victimes ont introduit auprès des assureurs une déclaration, qui concerne non seulement des décès ou des lésions permanentes, mais aussi divers dommages, en ce compris des dégâts causés à des bagages.
Sur les 58,8 millions d'euros versés au titre des assurances concernées, près de 50 millions l'ont été pour des dommages corporels et moraux.

Les assureurs ont également constitué 60,6 millions d'euros de provisions pour les victimes, c'est-à-dire de réserves financières destinées à garantir les obligations futures des assureurs, précise Assuralia. Une grande partie de cette somme sera utilisée dans le cadre de l'assurance accidents du travail, qui devra verser des rentes viagères aux victimes ayant subi des lésions graves.

Les blessures de certains patients grièvement atteints étaient telles que leur état n'est pas encore suffisamment stable à l'heure actuelle pour clôturer l'évaluation des lésions, ajoute la fédération sectorielle. Un calcul et un règlement définitifs des dommages corporels ne sont possibles que lorsque l'état de ces personnes est consolidé, c'est-à-dire lorsque la guérison de leurs lésions n'évolue plus. Ce qui n'empêche pas que de larges avances aient déjà été proposées aux victimes, notamment pour leur préjudice moral, assure-t-on.

Assuralia continue par ailleurs de prôner un nouveau cadre légal en vue d'une meilleure prise en charge des victimes du terrorisme. Dans cette perspective, les assureurs ont déjà pris des initiatives ces dernières années, s'engageant par exemple à indemniser le préjudice moral au plus tard un an après l'attentat, y compris en cas de lésions complexes. Pour un déroulement plus rapide des examens médicaux, ils ont en outre convenu entre eux que désormais un seul assureur assume la direction de l'expertise médicale, afin que les victimes n'aient pas à se présenter chez plusieurs médecins à l'invitation de différents assureurs.

"Les assureurs ont, par leurs propres initiatives, déjà donné quelques impulsions à l'amélioration nécessaire du régime d'assurance en matière de terrorisme", commente Hein Lannoy, CEO d'Assuralia. "Ils ont formulé également des propositions afin d'arriver à une solution durable et plus large pour la prise en charge des victimes et de l'ensemble de leurs dommages."
Via un guide en ligne qui tient compte de la nature de la demande d'indemnisation et des différentes garanties d'assurance, Assuralia fournit sur son site web (ABCassurance.be) des informations sur l'indemnisation des dommages consécutifs à un attentat. La fédération a également collaboré à l'initiative visant à fournir des informations ciblées aux victimes d'attentats à l'étranger.