Bruxelles

Présente dans le métro touché par les attentats du 22 mars, cette jeune auteure revient sur ce drame et les mois qui l'ont suivi.

Son livre s'intitule "Ce matin-là, et les suivants". Dans ce dernier, Caroline Choplin ne décrit pas uniquement le drame du 22 mars à Bruxelles, mais aussi tout ce qui suit un tel événement quand on l'a vécu. Elle raconte ce qu'on ne voit pas à la télé et évoque une autre image des attentats que celles vues dans notre salon ou sur internet ce jour-là. À travers un ouvrage touchant qui flirte entre roman et poésie, cette jeune écrivaine a voulu raconter au monde ce qu'il s'est aussi passé après, "quand la vie continue".

Le mardi 22 mars 2016, Caroline était dans le métro visé par le double attentat à Bruxelles. Assise dans le dernier wagon, elle quitte la station avec ceux qui étaient assis en face, à côté ou pas loin d'elle avant que le choc ne survienne. Le visage couvert de poussière, son premier instinct est de partir et de rejoindre son bureau qui n'est pas loin. Trois ans plus tard, Caroline se livre avec cette volonté de partager ces émotions à tous ceux qui voudront la lire. Entre ses deux premiers chapitres qui décrivent ce matin-là et le dernier qui raconte la première fois qu'elle a osé reprendre le métro, cette jeune auteure raconte son combat contre le choc post-traumatique qu'elle, et tant d'autres, ont vécu après ce 22 mars.

"Plusieurs semaines après, j'étais encore dans une bulle. Les gens autour de moi ne comprenaient pas, ils étaient passés à autre chose. Le monde continue de tourner, mais nous, nous sommes ailleurs. Quand on est en état de choc post-traumatique, on est un zombie", explique-t-elle.

© DR

Une fois cette journée terminée, Caroline est retournée au travail le lendemain et tous les jours qui ont suivi. "Je me sentais déjà assez isolée, je n'avais pas envie de l'être encore plus en restant chez moi." Par contre, elle n'a repris le métro que deux mois plus tard et a effectué le même trajet que le 22 mars trois mois après. Entre ces deux journées, elle explique le processus qu'il lui a fallu pour y arriver et parle de sa thérapie qui traite l’état de stress post-traumatique par le mouvement des yeux (l'EMDR). "Ça m'a sauvé. L’EMDR m'a permis de retrouver une vie normale, d’accepter ce que j'ai vécu sans oublier. Avant c'était physique, dès que je voyais une foule, que je sentais l'odeur du métro ou que quelque chose me rappelait ce qu'il s'était passé, ma poitrine se serrait, j'étais prise de panique et je ne savais plus respirer." Depuis, l'ex-bruxelloise de 29 ans vit et travaille à Paris dans une agence de communication.

À travers 21 chapitres, Caroline Choplin évoque la réaction des gens autour d'elle, les phrases entendues et tout ce qui a, de près ou de loin, eu une influence sur sa manière de vivre ce drame. Pendant et après. 74 pages à lire pour comprendre un événement universellement touchant et pour apprécier chaque mot minutieusement choisi par l'auteure.

"Ce matin-là et les suivants", Caroline Choplin. Harmattan. 74p. Disponible par commande dans toutes les librairies belges et françaises et sur le site d'Harmattan. Prix: 12,5 euros.

© D.R.