Depuis 2017, chaque année à la fin novembre, une telle manifestation nationale est organisée pour "faire bouger les lignes" et pousser les pouvoirs publics à assumer pleinement leurs responsabilités dans la lutte contre les violences à l'égard du sexe féminin. 

La plateforme Mirabal Belgium, qui rassemble diverses associations féministes, avait appelé à manifester ce samedi, au Mont des Arts à Bruxelles, contre les violences spécialement dirigées contre les femmes. Dès 12h00, et jusque 17h00, des stands de différentes associations étaient déployés sur place pour informer les citoyens sur la situation actuelle de ce phénomène particulier de violence, et pour évoquer les solutions, les aides et les projets de réforme. À 13h00, une marche s'est élancée du Mont des Arts, pour une boucle de 5 km à travers la ville.

"Le plus important, c'est surtout ce qu'on fait toute l'année pour maintenir la pression sur les pouvoirs politiques et renverser le rapport de force", a commenté Céline Caudron, coordinatrice nationale du réseau Vie Féminine.

Vendredi, la secrétaire d'État à l'Égalité des genres, Sarah Schlitz, a lancé son plan d'action national de violences basées sur le genre, avec l'objectif "zéro féminicide". Pour Céline Caudron, ce plan est appréciable. "Il est cohérent, mais il n'y a pas de ligne budgétaire et c'est un problème", a-t-elle toutefois déploré.

© Belga

© Belga

© Belga