"Nous fermons deux robinets sur quatre pour apaiser les quartiers", précise Christian Lamouline (CDH), bourgmestre de Berchem-Sainte-Agathe. D'après une information de La Capitale, à partir du 1er novembre, une partie de la rue Dilbeek, "de l'entrée de la commune jusque la petite rue Clos du Sureau, soit 100 à 200 mètres" sera en sens unique pendant six mois. "C'est un test en urgence qui répond à une demande des riverains, explique le bourgmestre. 5 000 voitures empruntent la rue Dilbeek chaque jour. Cela créé des importantes nuisances pour les riverains et cela irradie dans tous les quartiers avoisinants".
Cette tension a un contexte que Christian Lamouline rappelle : "Berchem possède quatre entrées/sorties sur le ring. Il y a un an, la commune de Dilbeek a fermé l'une des entrées en mettant la rue Kasterlinden en sens unique. Du coup, les automobilistes ne peuvent plus emprunter cette rue qui débouche sur Berchem pour rentrer dans Bruxelles. Les navetteurs se sont alors reportés sur l'autre entrée de la rue Dilbeek.

Et de poursuivre : "En un an, le nombre de voiture qui circulent dans la rue s'est accru. Un flot ininterrompu de voitures se rabattent sur la rue Dilbeek. Cela devient insupportable pour les riverains et je veux bien le croire. La rue Dilbeek n'est pas du tout prévue pour ça. C'est une rue résidentielle étroite avec des chicanes où le croisement de deux voitures se fait difficilement". 

Les éventuelles conséquences de cette mesure seront analysées par la commune. Une réflexion d'ensemble sur toute la mobilité de Berchem est en réflexion pour le plan communal de développement prévu en avril 2021. "C'est un test en urgence mais on en tirera les leçons pour plus tard". Le bourgmestre humaniste rappelle que Berchem possède deux autres entrées du ring sur sa commune, "l'une donnant sur l'avenue Charles Quint et l'autre sur la Dansaertlaan avec tous les centres commerciaux. Elles sont beaucoup plus adaptées au trafic automobile".