Bruxelles

"À la fête, il était bien. Il profitait tout simplement. C’est horrible…", explique Betty.

Les proches de Dimitri Franck sont en deuil. Celui qu’ils appréciaient tant a été tué durant la nuit de vendredi à samedi. L’auteur des faits s’est rendu à la police. Selon les proches de Dimitri, le motif ne serait autre qu’un "prétendu" vol de casquette d’une valeur de 150 euros.

Ne comprenant pas que l’on puisse commettre un tel acte, la famille de la victime nous a fait part de son désarroi. Elle nous a aussi expliqué ce qui s’était passé d’après les informations qu’ils ont pu recueillir.

Selon ses proches, Dimitri -appelé 'Dim' par tous- a reçu un appel ce soir-là, aux alentours de 23 h alors qu’il participait, à la rue de l’Entrepôt à Laeken, à une fête de mariage avec sa mère et sa petite sœur. À la suite de cet appel, il a pris sa veste et a laissé son sac à sa petite sœur lui disant qu’il reviendrait d’ici peu. Deux heures plus tard, son grand frère annonçait que son cadet était aux urgences dans un état critique. La maman et la sœur se sont alors rendues rapidement sur place. Malheureusement, à leur arrivée, Dim avait déjà succombé à ses blessures…

Trois individus étaient venus le chercher devant la salle des fêtes. Ils l’ont emmené en voiture. Le ton est rapidement monté à propos de la casquette que l’un des trois avait perdue. Mourad, le "propriétaire" n’en démordait pas : pour lui, c’est Dimitri, qui, la veille, avait dû lui dérober lorsqu’ils étaient assis côte à côte dans un véhicule. La discussion a dégénéré.

Selon les proches de Mourad, ce couteau serait tombé de la poche de Dimitri et l’aurait blessé, par accident, lors d’un coup de freinage…

Pour Betty, la maman de Dim, ce n’est certainement pas cela qui s’est passé… Surtout que les proches de la victime ont eu écho des déclarations des deux autres individus présents dans la voiture.

Selon ses derniers, Mourad n’a pas hésité à poignarder Dim qui saignait abondamment. Des amis auraient reconnu s’être disputés avec l’auteur du coup de couteau, qui s’est rendu à la police pendant que les deux autres ont conduit la victime à l’hôpital.

Betty était avec son fils quelques heures avant le drame. "Nous étions à un mariage d’un membre de ma famille. Lorsqu’il a été appelé, je n’étais pas près de lui. Je ne l’ai pas vu partir et il n’est jamais revenu. Je ne l’ai plus vu vivant. À la fête, il était bien. Il profitait tout simplement. C’est horrible… Il était très sociable. Il aimait faire la fête avec ses amis mais il était calme, pas du tout agressif."

Quant à Mourad, il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé de meurtre.

© DR