"La sensibilisation à la lutte contre l'abandon est particulièrement importante cette année en raison de la vague d'adoptions bien plus grande que les refuges ont connue en raison de la crise sanitaire."

"Vous pouvez venir avec moi, le vétérinaire est prêt." Dans la cour du refuge, le petit chien noir offre un large sourire à son interlocutrice et suit ses maîtres sans broncher. Déjà venu la semaine dernière pour être castré, il doit aujourd'hui se faire vacciner. "Il est très gentil avec tout le monde et aime bien jouer, on ne regrette pas du tout de l'avoir adopté", confie sa maîtresse.

Ces dernières semaines, Help Animals a vu le nombre d'adoptions augmenter de 10% par rapport à l'année dernière. "Le confinement était une période propice à l'adoption car les gens étaient à la maison et avaient donc le temps de s'en occuper. J'ai l'impression que les adoptions étaient donc plus réfléchies", explique Fabrizio Follacchio.

A la veille des vacances d'été et de la quatrième phase de déconfinement, le directeur du refuge anderlechtois craint cependant une vague d'abandons. "La sensibilisation à la lutte contre l'abandon est particulièrement importante cette année en raison de la vague d'adoptions bien plus grande que les refuges ont connue durant cette crise sanitaire", confirme le ministre bruxellois du Bien-être animal Bernard Clerfayt (Défi).

"Avec les chats, le problème est le même que d'habitude : des gens qui craquent pour un chaton et n'en veulent plus une fois que l'animal grandit. Pour les chiens, on pourrait se retrouver dans des situations où les gens avaient le temps de s'en occuper et de les éduquer en période de confinement et ne l'ont plus maintenant qu'ils ont repris le travail. Ils se rendent alors compte qu'un chien laissé seul toute la journée n'est pas forcément propre ou abime les meubles", précise Fabrizio Follacchio.

En 2018, 337 chiens et 2 327 chats ont été abandonnés dans la rue par leurs propriétaires. Outre la violence que cela représente pour l'animal, cela ouvre la porte à la prolifération des chats, qui se reproduisent rapidement. "C'est la raison pour laquelle la stérilisation et le puçage des animaux de compagnie sont très importants. A l'heure actuelle, on est encore loin de nos objectifs puisque seuls 2 à 3% des chats qui passent par un refuge sont puçés", indique Bernard Clerfayt.

666 chiens et 1 057 chats ont en outre été abandonnés dans un refuge. "Les animaux sont des êtres sensibles et non des jouets. Si votre animal a un problème de comportement, demandez conseil à votre vétérinaire. Et si vous partez en vacances, de nombreuses solutions s'offrent à vous : vous pouvez le faire garder par une connaissance, le mettre en pension ou faire appel à un dog-sitter. La Région a aussi mis en place une convention de prise en charge pour ceux qui le souhaitent", conclut le ministre.