Trois ordonnances visant à améliorer la protection des animaux ont été soumises au vote de la commission Environnement du Parlement bruxellois ce mercredi matin. La première, votée à l'unanimité, concerne la fin de l’exploitation des poneys de foire. La précédente législation comportait plusieurs lacunes permettant à certains de la contourner pour continuer à installer des carrousels sur les marchés. Dorénavant, il sera interdit , en tout lieu, d’exploiter tout type d’équidés dans un carrousel. 

La seconde, également votée à l'unanimité, établit l’impossibilité d’établir un delphinarium sur le territoire de la Région. D’autres pays européens ont déjà adopté des textes de lois en ce sens. Outre l’interdiction de construire un delphinarium à Bruxelles, l’objectif est aussi de faire tache d’huile et d’influencer les régions et pays voisins à prendre des dispositions similaires. 

Enfin, la dernière ordonnance interdit notamment l’utilisation de pièges à colle pour les rongeurs. Stress, épuisement, blessures en tentant de s’enfuir : les animaux finissent généralement par mourir de faim, de déshydratation ou d’asphyxie. Tous les députes ont voté favorablement à cette ordonnance sauf une abstention.

"Les animaux ne sont pas des jouets ! Nous avons trop longtemps enfermés les animaux dans une relation de servitude par rapport à l’homme. Aujourd’hui, il n’est plus acceptable de continuer à véhiculer cette image d’animaux-esclaves aux jeunes générations", conclut Bernard Clerfayt (Défi), ministre bruxellois du Bien-être animal.

Les trois ordonnances doivent encore être soumises au vote en séance plénière du Parlement bruxellois.