Bernard Clerfayt, le ministre bruxellois du Bien-être animal a dressé à nos confrères de Sudinfo une liste d'objets qu'il souhaiterait interdire à la vente pour garantir le bien-être animal. En effet, le ministre du parti Défi travaille sur l'élaboration d'un Code du bien-être animal en région bruxelloise. "Par exemple, on sait que le bocal rond a un impact sur le stress des poissons. Les feux d’artifice ou certains types de collier pour chien comme les colliers électriques posent aussi question au niveau du bien-être animal. On pourrait l’interdire mais on ne va pas commencer à contrôler la taille de l’aquarium dans chaque ménage. Interdire la vente de bocaux serait bien plus efficace", a-t-il expliqué.

Néanmoins, si interdire de tels objets pour préserver le bien-être des animaux est en théorie une bonne chose, en pratique c'est autre chose. "Le ministre flamand du Bien-être animal Ben Weyts (N-VA) a fait voter une interdiction des feux d’artifice au nom du bien-être animal et la cour constitutionnelle a annulé cette interdiction indiquant qu’elle était excessive en droit. La question devient juridiquement complexe : quels sont les éléments de droit de bien-être animal que l’on peut invoquer et pour quel type de feux d’artifice", a expliqué Bernard Clerfayt.

Affaire à suivre donc, mais le bien-être animal semble préoccuper de plus en plus la société et nos politiques. De fait, il vient d'être décidé qu'à partir du 1er juillet prochain, il sera nécessaire de présenter un permis de détention pour pouvoir acheter un animal en Wallonie.