Bruxelles Le projet Blue Community prévoit prochainement l’organisation d’un colloque international à Bruxelles.

Ce jeudi 10 octobre le gouvernement bruxellois a approuvé l’adhésion de la Région bruxelloise au réseau « Blue Community ». Ce projet repose sur trois piliers fondamentaux: La reconnaissance de l’eau comme étant un droit de la personne, la promotion de services d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées financés et exploités par le secteur public, et lui appartenant et l'interdiction de la vente d’eau embouteillée dans les établissements publics et lors d’événements municipaux.

Pour une grande majorité d’Européens, l’eau que nous utilisons à la maison est potable et disponible 24 h/24. Le bref moment entre le robinet et la canalisation ne représente qu’une infime partie de son long voyage, rappelle la Région dans un communiqué. "Gérer l’eau dans une ville va au-delà des simples réseaux publics de distribution d’eau. Le changement climatique, l’expansion urbaine et les altérations des bassins hydrographiques sont autant de facteurs qui doivent nous alerter, inciter les autorités publiques à agir", déclare le ministre de l’Environnement Alain Maron (Ecolo).

Dans la déclaration de politique régionale 2019-2024 le Gouvernement s’engage à rejoindre, comme d’autres villes, la « Blue Community ». Il garantit le caractère public du gestionnaire de la production, de la distribution et de l’évacuation des eaux, et à terme de l’épuration. Enfin, il reconnaît et défend le principe de l’accès à l’eau potable comme droit humain fondamental.

"Je suis évidemment très sensible à ces deux principes", explique le ministre-Président de la Région Rudi Vervoort (PS). "La garantie d’une gestion publique du cycle de l’eau est par ailleurs souvent un prérequis pour que le droit à l’accès à l’eau potable soit effectif. De plus, je vise, avec mon équipe, d’ici à la fin de la législature, l’abandon du recours à l’eau en bouteille au profit de l’eau de distribution dans les bâtiments dépendant des pouvoirs publics régionaux et communaux, tout comme lors d’événements sponsorisés par les pouvoirs publics. En effet, l’eau du robinet, qui est qualitativement irréprochable, est bien moins coûteuse, tant économiquement qu’environnementalement."