Ce vendredi 3 juillet, l’association Le Rêve d’Aby a été appelée pour intervenir sur la commune de Haren pour prendre en charge douze moutons, quatre chèvres et un chien détenus dans de très mauvaises conditions.

Les bénévoles du refuge Le Rêve d'Aby ont été sollicités par la police de Bruxelles-Capitale ce vendredi après-midi pour procéder à la saisie de 17 animaux détenus dans des conditions de vie misérables. "C'est la troisième fois que nous intervenons chez ce pseudo marchand qui est déjà bien connu pour des faits similaires", explique Sophie Locatelli, présidente du refuge.

Les animaux de ferme étaient détenus sur un terrain jonché de détritus et d'objets dangereux. Leur abri n'était qu'une ruine crasseuse et dangereuse : les animaux étaient contraints de vivre dans la crasse et n'étaient nourris que de vieux pain pourri, indiquent les bénévoles du refuge. Déjà coutumiers des lieux, les membres de l'équipe ont rassemblé les animaux dans le bâtiment en ruine qui leur servait d’abri afin de pouvoir les attraper un à un et les mettre en sécurité dans le van de l’association.

© D.R.

Les animaux, à bout de forces, se sont laissés attraper sans résistance. "Grâce à l’aide des agents de police présents sur les lieux, l’intervention a été clôturée en moins d’une heure." Les animaux saisis ont ensuite été conduits au Rêve d'Aby afin d’être transférés dans les refuges partenaires, Equi-Chance et Animal sans toi…t. Le chien a quant à lui été pris en charge par le refuge Sans Collier.

Au total, ce sont douze moutons et quatre chevreaux qui ont été sauvés, dans un état sanitaire lamentable. "La plupart des animaux sont non tondus et atteints de gale. Leur toison est très sale et collante d’excréments. Ils sont remplis de parasites internes et externes. Une partie des animaux est atteinte d’infection respiratoire. Certains ont également leurs boucles infectées et leurs onglons sont démesurément longs. Une vieille brebis a un abcès qui n’a pas été soigné et dont l’état a largement empiré."

© D.R.

Tous les animaux ont dès lors été placés en quarantaine et profitent aujourd'hui d'un abri sec et propre. Ils devront bénéficier de soins importants et d'une nourriture adaptée afin d'être remis sur pieds.

De son côté, le propriétaire connu pour son agressivité a dû être maintenu à l’écart par la police pour garantir la sécurité de l’équipe du refuge. Malgré les deux saisies précédentes, en août 2018 et en janvier 2019, il continue à détenir des animaux dans des conditions déplorables. La cellule Bruxelles Environnement dispose désormais d’un délai de deux mois pour statuer sur la destination finale des animaux, mais le marchand étant multirécidiviste il ne fait aucun doute que les refuges qui ont pris les rescapés en charge en obtiendront la garde définitive.

© D.R.

"Animaux en péril, Le Rêve d’Aby, Equi’Chance, Animal Sans Toi..T et Help Animals se constitueront partie civile dans cette affaire afin que le propriétaire récidiviste réponde de ses actes devant la justice. Nous souhaitons qu’un juge condamne l’individu à ne plus pouvoir détenir d’animaux comme le prévoit la loi sur le bien-être des animaux", conclut Sophie Locatelli.