Bruxelles 1,54 % des automobilistes contrôlés sur le territoire de la zone Bruxelles-Ixelles avaient trop bu.

Chaque trimestre, la police de Bruxelles-Capitale Ixelles dresse un bilan des contrôles d’alcoolémie et de stupéfiant opérés sur les conducteurs empruntant les artères de la zone de police. Au premier trimestre de cette année, la police bruxelloise a ainsi mené 64 actions orientées alcool et drogues au volant sur l’ensemble de son territoire.

Concrètement, ces actions viennent en soutien à celles menées une fois par mois et mobilisant généralement une trentaine de policiers, principalement le week-end. Ici, il s’agit plutôt d’actions ponctuelles de moyenne et petite envergure opérées en journée comme de nuit.

Lors de ce premier trimestre 2019, "près de 22 000 automobilistes ont été soumis à un prétest ou test d’haleine. 339 d’entre eux avaient dépassé la limite autorisée en la matière et 14 avaient consommé des stupéfiants", détaille la zone de police dans un communiqué.

Lors de ces 64 opérations de lutte contre la conduite sous influence, 35 automobilistes ont connu un retrait immédiat de leur permis de conduire.

"Si nous ajoutons aux résultats de ces actions orientées les consommations d’alcool dépassant le seuil légal et les consommations de stupéfiants détectées lors d’accidents de roulage, notre corps de police enregistre, pour ce premier trimestre, un total de 320 dossiers alcool au volant dont 141 se sont soldés par un retrait immédiat du permis et 34 dossiers drogues au volant dont 21 ont connu un retrait immédiat", poursuit la zone.

Le record en matière d’alcoolémie s’élevait, pour ce premier trimestre 2019, à 3,47 grammes d’alcool par litre de sang, à savoir près de sept fois la limite autorisée.