Selon Mme Neven, ce cas d'infection a été observé à la fin du mois de mars. L'identification du variant indien remonte à jeudi dernier.

Le service d'inspection de la CoCom tente à présent de savoir comment cette personne a été contaminée par ce variant.

"La personne concernée n'a malheureusement pas pu être contactée par le centre de contact, mais nous mettons à nouveau tout en place pour la retrouver", a commenté Inge Neven. Selon la responsable du service d'inspection de l'hygiène, elle fait malheureusement partie, jusqu'à présent, des 6% de personnes que les centres de contact tracing n'arrivent pas à retrouver. "Nous voulons nous assurer que ce variant virulent ne se propage pas davantage ou en tout cas le plus lentement possible. Nous voulons savoir si cette personne avait voyagé ou si elle a été infectée en Belgique", a-t-elle encore dit.