Déjà implanté en Flandre, ce concept de pizzas à la levure de Duvel ouvrira sa première enseigne bruxelloise en octobre.

Otomat débarque à Bruxelles. Après L’Ommegang et La Maison du Cygne sur la Grand-Place de Bruxelles, après Les Brasseries Georges à Uccle, après les Frederiksborg à Ganshoren…, c’est au tour du Paon Royal, rue du Vieux Marché aux Grains dans le centre de Bruxelles, d’être repris.

C’est la société spécialisée dans les pizzas à la levure de Duvel Otomat qui y installera ses quartiers. L’ouverture est prévue pour le mois d’octobre prochain. "Cela fait longtemps que nous avions envie de démarrer notre activité sur Bruxelles", commente Bernard Sironval, aux manettes de ce nouveau concept après avoir passé treize ans chez Exki. "Mais il fallait trouver le bon endroit." C’est désormais chose faite.

Otomat, kesako ? Un restaurant mariant pizzas à l’italienne revisitées à la mode belge et accompagnées par l’une ou l’autre bonne bière. Lancée voici deux ans et demi à Anvers, cette enseigne se développe à grands pas. Un deuxième restaurant a vu le jour à Gand. Un troisième ouvrira ce mois-ci à Leuven et, "si tout se passe bien, nous en ouvrirons un quatrième à Bruges dans le courant du mois de juin". L’enseigne bruxelloise sera donc la cinquième en Belgique.

Pour Bernard Sironval, la pizza Otomat a pour principale caractéristique sa pâte unique, à base de levure de Duvel. "Cela apporte un arôme tout à fait spécifique à nos pizzas. Notre pâte est fabriquée dans le restaurant, nous la mettons au repos pendant trois jours afin qu’elle soit à maturité. C’est vraiment la base pour qu’une pizza soit bonne et facilement digérable." Celles et ceux qui n’aiment pas la Duvel n’ont rien à craindre, la pizza ne goûte pas la bière. Une pâte fine fabriquée comme en Italie donc, mais avec des produits belges et de saison. On peut ainsi déguster une pizza aux asperges à la flamande lors de la saison des asperges, mais aussi au chicon-gratin ou aux tomates crevettes. En salle, la pizza est amenée prédécoupée. "Notre idée est que la pizza est un plat qui se partage. Un peu comme à la maison : on se partage une pizza avec une bière en regardant un match de foot ou autre chose à la télé. Ici, c’est un peu pareil."

Côté bière , Otomat propose 40 variétés à la carte et six au fût. Et pas uniquement des productions estampillées Moortgat. "Nous sommes partenaires bien évidemment mais il n’y a pas d’exclusivité. Nous avons aussi de l’Orval, de la Triple Westmalle, nous allons aussi ajouter une Gueuze", poursuit Bernard Sironval, qui fait déjà travailler une soixantaine de personnes grâce à ses pizzas vraiment pas comme les autres.