Des élus MR devront choisir entre le cumul de fonctions ou le partage d’un échevinat... de six mois!

C’est dans la joie et la bonne humeur que deux libéraux ont prêté serment cette semaine. Lundi, c’était au tour de David Weytsman, nouvel échevin à la Ville de Bruxelles. Et vendredi, c’est Boris Dilliès qui est officiellement devenu bourgmestre d’Uccle en prêtant serment devant le ministre-Président Rudi Vervoort (PS).

Déclenché par les démissions d’Armand De Decker et d’Yvan Mayeur, ce jeu de chaises musicales est annoncé depuis le mois de juin. On sait donc depuis presque trois mois que si Boris Dilliès et son suppléant au Parlement bruxellois David Weytsman renoncent au cumul comme annoncé, c’est la 2e suppléante de la liste MR, Julie Van Goidsenhoven-Bolle, qui montera dans l’hémicycle bruxellois. Le hic : cette dernière n’est plus membre du parti.

Mais personne au sein du MR n’a vraisemblablement pris la peine de résoudre ce casse-tête absurde. Résultat : aucun des scénarios désormais sur la table n’est positif pour l’image des libéraux. L’une des possibilités est que Boris Dilliès reste au Parlement bruxellois. Celui-ci a déclaré qu’il tenait à rester jusqu’à l’aboutissement du Plan Taxi. Or, ce dossier épineux pourrait ne pas faire l’objet d’un accord durant cette mandature. L’Ucclois qui s’était engagé à ne pas cumuler retarde donc son départ…

Autre possibilité : Boris Dilliès quitte l’hémicycle pour être bourgmestre à plein temps et est remplacé par David Weytsman qui demeure par ailleur échevin. C’est alors un autre libéral qui ne tiendrait pas parole. Premier échevin à la Ville de Bruxelles, Alain Courtois avait en effet assuré que le nouvel échevin ne cumulerait pas.

Troisième scénario qui circule : Boris Dilliès quitte le Parlement en mars 2018. C’est David Weytsman qui lui succède, lui-même remplacé du côté de la Ville par la conseillère communale Clémentine Barzin. Ces derniers seraient donc échevin pour une durée de seulement six mois chacun, un délai beaucoup trop court pour mener à bien des projets! Surtout pour Clémentine Barzin qui monterait au collège en pleine période électorale…

Enfin, David Weytsman pourrait décider de s’accrocher à son échevinat, laissant l’élue indépendante Julie Van Goidsenhoven-Bolle devenir députée. Au passage, le MR perdrait l’un de ses 17 sièges au Parlement régional...

Une solution simple existait pourtant dès le départ ! Il suffisait que Boris Dilliès quitte aussi rapidement le Parlement bruxellois que l’a fait Philippe Close (PS) et que David Weytsman le remplace pour laisser l’échevinat à Clémentine Barzin, complètement disponible pour la fonction. Selon nos informations, aucun ténor du MR n’a jugé utile de taper du poing sur la table pour remettre de l’ordre. Ni le chef de groupe au Parlement bruxellois Vincent De Wolf ni le président de parti Olivier Chastel.