La cour se prononcera via un arrêt, mardi à 10h00. Soit cette dernière se récuse et un nouveau procès devra être organisé, soit celle-ci estime ne pas devoir se récuser et la requête de la défense sera alors transmise à la Cour de Cassation, qui tranchera. Dans les deux cas, le procès est ajourné pour plusieurs semaines au moins. Contactée par Belga, la défense n'a pas souhaité préciser les griefs qu'elle formule à l'égard de la cour, avant que sa demande ne fasse l'objet d'un arrêt.

Les conseils de Kewal Singh, Me Sven Mary, Me Laurent Kennes et Me Hamid El Abouti, avaient tout d'abord déposé des conclusions pour demander l'irrecevabilité des poursuites. Ils estimaient que leur client n'avait pas droit à un procès équitable, compte tenu entre autres de l'absence du second accusé, Parminder Singh Kakania, et de celle de nombreux témoins-clés du dossier. Mais la cour a écarté ces conclusions, dans un arrêt prononcé vendredi soir. Le procès devait donc se poursuivre lundi matin avec les plaidoiries de la partie civile, le réquisitoire et ensuite les plaidoiries de la défense.

Kewal Singh est accusé d'avoir tué son épouse, Kaur Jugvinder, en août 2012, avec l'aide de son employé, Parminder Singh Kakania, qui fait défaut. Le corps de la victime n'a cependant jamais été retrouvé.