Grâce à un partenariat entre deux associations, la permanence téléphonique sera assurée 7 jours sur 7 et 24h/24h.

Les personnes victimes de violences conjugales peuvent trouver de l’aide via la Ligne Écoute Violences Conjugales. Mais en composant le 0800/30.030 en dehors des heures de permanence, soit après 19h et jusqu’à 9h ainsi que durant les week-ends et les jours fériés, les victimes se retrouvaient jusqu’ici face à un répondeur les renvoyant vers un site web ou vers la police.

Ce genre de situation délicate ne se reproduira plus. À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes ce mercredi 8 mars, la ministre bruxelloise de l’Action sociale Céline Fremault (CDH) et la ministre bruxelloise de la Politique de la Santé Cécile Jodogne (Défi) ont, en effet, annoncé la mise en place d’une offre d’écoute en continu pour les personnes confrontées à des situations de violence entre partenaires.

"La Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe prévoit que les États signataires prennent des mesures assurant l’existence de permanences téléphoniques gratuites et accessibles 7 jours/7 et 24h/24. Lors des dernières campagnes de sensibilisation, on a observé des pics d’appels et on s’est rendu compte que le créneau était trop court. L’aide pour permettre à une victime de sortir de l’isolement ne doit pas s’arrêter durant la nuit et les week-ends", fait valoir la ministre Fremault.

"C’est de la volonté d’offrir une écoute en permanence qu’est née l’idée d’un partenariat entre la Ligne Écoute Violences Conjugales et l’association Télé Accueil Bruxelles que l’on subsidie via la Cocof depuis des années. Les personnes appelant le 0800/30.030 pendant la nuit ou le week-end seront automatiquement redirigées vers Télé Accueil", explique la ministre Jodogne.

Alors que ce sont des professionnels spécialistes de la thématique de la violence conjugale qui répondent aux appels sur la Ligne Écoute Violences Conjugales, ce sont uniquement des bénévoles qui prendront le relais du côté de Télé Accueil. Des formations concernant le processus de domination conjugale ont donc été données aux formateurs de cette association bruxelloise qui tend l’oreille à toutes les personnes désirant parler de leurs difficultés de vie.

Les 400 bénévoles de Télé Accueil ne seront donc pas habilités à traiter une situation de violence conjugale dans toute sa complexité. Leur mission principale consistera à assurer une écoute bienveillante et à inciter la personne à rappeler la Ligne Écoute Violences Conjugales durant ses heures d’ouverture.

À 51 ans, Lili consacre au minimum 4 heures par semaine de son temps pour écouter les personnes en difficulté. "J’étais intimement convaincue que l’écoute était insuffisante. Quand j’ai entendu parler de la mission de Télé Accueil, je me suis dit que je pouvais palier à ce manque en m’investissant personnellement. Je fais souvent des heures tard le soir pour ne pas empiéter sur ma vie de famille. C’est une expérience très enrichissante qui m’a permis d’améliorer ma capacité d’écoute et ma façon d’aborder les situations problématiques dans la vie de tous les jours", confie-t-elle.

La redirection des appels de la Ligne Écoute Violences Conjugales vers le 107 de Télé Accueil est financée au moyen d’un subside annuel accordé par la ministre Fremault. Deux périodes test ont permis d’estimer un coût approximatif de 8.000 € par an.