La ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt a présenté ce mardi aux parlementaires bruxellois les grandes lignes du budget mobilité pour l'année 2021. Celui-ci prévoit plus d'1,4 milliard d'euros pour améliorer la mobilité dans la capitale, en développant notamment massivement l'offre de transports en commun
 
Le groupe MR au parlement bruxellois, premier parti d'opposition, déplore de son côté "les cafouillages de la majorité, ainsi qu'un manque de concertation."
"Nous constatons que la ministre a travaillé sans priorité claire, sans concertation et avec une communication chaotique, cacophonique et clivante. Aucun objectif clair n’a été décidé pour la fluidité et la rapidité des modes, aucune avancée n’a été réalisée pour décongestionner la ville en période post-covid et nous remarquons même une opposition aux voitures propres. Aucune confiance n’est accordée non plus aux acteurs privés de la mobilité", explique Anne-Charlotte d'Ursel, présidente de la commission mobilité. "Pourtant, c’est en travaillant davantage avec eux que nous pourrions booster la mobilité douce et provoquer un shift modal."
Les libéraux bruxellois dénoncent avec vigueur "la logique de confrontation dans laquelle s’enlise la ministre Van den Brandt." "Celle-ci est dangereuse mais surtout inutile. En particulier pour un enjeu aussi primordial que la mobilité. Nous assistons aujourd'hui à des prises de décisions qui amènent une mobilité totalement déconnectée de la réalité. Même sur des dossiers planifiés de longue date, l’amateurisme observé dans la mise en œuvre de certains dossiers dégrade encore la position de Bruxelles et son attractivité", embraie le député David Weytsman. " Ce gouvernement tente systématiquement de mettre la charrue avant les bœufs. Il établit une zone 30 généralisée avant les aménagements qui vont amener la population à la respecter. Il met en place une zone de basses émissions avant les mesures d’accompagnement efficaces pour les plus affectés par la mesure. Il installe des pistes cyclables provisoires avant de demander l’avis ne fut-ce que des associations cyclistes. Il annonce la gratuité de la Stib pour les moins de 25 ans avant de rétropédaler dans la foulée."